Les 25 millions de la réserve de précaution iront bien au patrimoine

Franck Riester
Ministre de la Culture
On s’interroge sur son inaction...
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

19/11/19 - Politique - Budget - Une fois de plus, grâce à Stéphane Bern, le patrimoine échappe au pire. Mais combien de temps allons-nous assister à ce genre de tragi-comédie où des attaques sont portées par d’autres ministères, ici les Finances, avec le soutien du Premier ministre et la complicité des parlementaires de la majorité, sans que le ministre de la Culture ne bouge ?

C’est Gilles Carrez qui avait soulevé le lièvre (voir l’article) : une suppression de 25 millions d’euros de crédits par rapport aux promesses faites par le gouvernement et le ministre de la Culture. Et Franck Riester avait osé soutenir cette mesure, comme il a soutenu, à Dakar, la restitution du sabre d’El Hadj Omar, annoncé par Édouard Philippe (voir l’article), maquillée pour l’instant sous la forme d’un prêt de cinq ans tout en annonçant simultanément au Sénégal qu’il pourrait le garder.

Il a donc fallu la levée de boucliers du Sénat, qui a supprimé la mesure, et l’intervention directe de Stéphane Bern auprès du chef de l’État, ainsi que son intervention dans la presse, pour éviter ce nouveau scandale. La commission mixte paritaire, chargée de trouver des compromis entre le Sénat et l’Assemblée nationale, qui s’est réunie aujourd’hui à 18 h 30, à en effet rétabli ce budget de précaution et permis de maintenir le niveau du budget du patrimoine dans la loi de finance rectificative 2019.

Cette bonne nouvelle sera rapidement remplacée par une mauvaise, touchant à l’inaliénabilité des collections publiques, dont nous parlerons dans un article à venir, une mesure dramatique pour laquelle, là encore, le ministre est resté inerte. Mais à quoi sert-il donc ? Nous ne pourrons même pas faire valoir son point de vue. À la plupart des questions que nous lui posons sur sa politique, il ne répond pas, se comportant comme un enfant de deux ans qui se cache les yeux et pense que les gens disparaissent. Nous avons une mauvaise nouvelle pour Franck Riester, ce n’est pas parce qu’il ne répond pas à nos questions que nous ne publions pas nos articles, qui sont forcément privés de son point de vue contradictoire...

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.