Acquisitions récentes du Musée Girodet

1. Fortuné Dufau (vers 1770-1821)
Portrait d’enfant
Huile sur toile - 44 x 36 cm
Montargis, Musée Girodet
Photo : Musée Girodet
Voir l´image dans sa page

24/7/18 - Acquisitions - Montargis, Musée Girodet - On se rappelle qu’il y a deux ans le Musée Girodet de Montargis, alors en travaux, était frappé par l’inondation causée par la rupture des berges du Loing (voir nos articles). Si les dégâts étaient importants, ils l’étaient moins que nous ne pouvions le craindre, et la mobilisation de nombreux volontaires, restaurateurs et conservateurs notamment, a permis de sauver la grande majorité des œuvres. Depuis, le chantier de restauration se poursuit et la réouverture du musée a été repoussée au second semestre de cette année (nous en reparlerons, bien entendu).

Alors que le musée avait été, entre notre dernière brève consacrée à des acquisitions, et cet événement tragique, peu actif sur le plan des acquisitions - aucun achat depuis 2009, seuls quelques dons ayant permis d’enrichir ses collections (voir plus bas) - trois œuvres ont été acquises à titre onéreux depuis les événements.

La première (ill. 1), achetée par le musée (puis offerte par sa Société des Amis), l’a été auprès d’Ambroise Duchemin à Paris. Le tableau était anonyme avant que le jeune marchand ne propose une attribution - ce qui n’était, à vrai dire, pas simple. Il s’agit d’un tableau de Fortuné Dufau, élève de David, puis de Girodet à Rome. Si cet artiste est peu connu, nous en avons parlé récemment à l’occasion de l’exposition sur Napoléon à Montréal où était présenté un superbe portrait de famille conservé dans un château du centre de la France et classé monument historique (voir l’article). [1]


2. Anne-Louis Girodet-Trioson (1767-1824)
Mardochée, vers 1790-1800
Huile sur toile - 61 x 49 cm
Montargis, Musée Girodet
Photo : Musée Girodet
Voir l´image dans sa page

Cette année, le Musée Girodet a pu faire deux achats. Le premier est un tableau d’Anne-Louis Girodet-Trioson acquis auprès de la galerie Jean-François Heim de Lausanne, représentant une tête d’homme barbu (ill. 2). L’œuvre peut être identifiée avec certitude grâce à une gravure de Dassy qui la reproduit comme Mardochée qui, à la cour d’Assuérus, sauva les Juifs de Perse du massacre que préparait le ministre Haman. Présente dans l’inventaire après décès, cette œuvre date des débuts de la carrière du peintre, vers 1790, alors qu’il se trouvait encore dans l’atelier de David.


3. Henri de Triqueti (1803-1874)
La Reine de Saba fait un présent au roi Salomon
Marbre - 41,5 x 24,5 m
Montargis, Musée Girodet
Photo : Galerie Paolo Antonacci
Voir l´image dans sa page

Le second achat de 2018 est une sculpture (ill. 3) que nous avions déjà reproduite sur ce site à l’occasion du premier Salon Paris Fine Art (voir l’article). L’œuvre y était présentée par la galerie Paolo Antonacci. Il s’agit d’une représentation en relief en marbre de la reine de Saba par Henri de Triqueti. Rappelons que le Musée Girodet conserve un fonds très important de cet artiste, dont de nombreux plâtres qui ont fort heureusement en grande partie résisté à leur immersion sous les eaux du Loing.

Terminons, pour être complet, avec les dons reçus depuis 2008 et que nous n’avions pas signalé ici depuis notre dernière brève consacrée aux acquisitions du musée.


4. Anne-Louis Girodet-Trioson (1767-1824)
Étude pour la figure de Galatée, entre 1814 et 1819
Graphite, pierre noire, craie - 49,5 x 43 cm
Montargis, Musée Girodet
Photo : Musée Girodet
Voir l´image dans sa page

En 2016, un collectionneur particulier a offert un beau dessin représentant la tête de Galatée (ill. 4), préparatoire au tableau du Louvre Pygmalion et Galatée, acquis en 2002. Il s’agit sans doute de la feuille de la vente Girodet d’avril 1825, n° 206, présentée comme « Un dessin pour le sujet de Galatée, à l’estompe et au crayon, sur papier blanc ».


5. Jean-Joseph-Xavier Bidault (1758-1846)
Vue de Subbiaco avec les bains de Néron, vers 1810
Huile sur papier marouflé sur panneau - 25 x 34 cm
Montargis, Musée Girodet
Photo : Musée Girodet
Voir l´image dans sa page

En 2015, la Société des Amis, toujours active, a offert - après l’avoir acquis chez Artcurial - un tableau attribué à Jean-Joseph-Xavier Bidault, Vue de Subiacco avec les « bains de Néron » (ill. 5). Ce site près de Rome fut à de multiples reprises représenté par les paysagistes français.


6. Anne-Louis Girodet-Trioson (1767-1824)
Portrait de la nièce d’Étienne Brucelle, 1811
Graphite, pierre noire, craie, fusain, sanguine - 17,7 x 14,4 cm
Montargis, Musée Girodet
Photo : Musée Girodet
Voir l´image dans sa page
7. Anne-Louis Girodet-Trioson (1767-1824)
Portrait d’Étienne Brucelle, 1811
Graphite, pierre noire, craie, fusain, sanguine - 26,1 x 22,6 cm
Montargis, Musée Girodet
Photo : Musée Girodet
Voir l´image dans sa page

En 2012, la même Société a offert de Girodet deux portraits en pendant dessinés (ill. 6 et 7), monogrammés G. T., représentant pour l’un Étienne Brucelle, régisseur du Verger, domaine appartenant à l’artiste près de Montargis, et l’autre la nièce de ce même personnage. Les deux œuvres sont datées de 1811.


8. John Hancock (1825-1869)
Béatrice, 1851
Bronze - 61 x 22 x 28 cm
Montargis, Musée Girodet
Photo : Musée Girodet
Voir l´image dans sa page

En 2011, la Société des Amis avait offert un beau bronze de John Hancock (ill. 8), sculpteur anglais, représentant Béatrice. Cette œuvre, une épreuve des ateliers Elkington, Mason & Cie de Birmingham, est à mettre en lien avec les nombreuses sculptures romantiques françaises (notamment des petits bronzes), déjà conservées dans les collections du musée.


9. Anne-Louis Girodet-Trioson (1767-1824)
Portrait d’une Napolitaine, 1793
Graphite, pierre noire, craie - 14 x 16 cm
Montargis, Musée Girodet
Photo : Musée Girodet
Voir l´image dans sa page

Enfin, en 2008, avait été acquis un dessin de Girodet (ill. 9), daté de 1793, représentant une Napolitaine. Il s’est donc écoulé près de dix ans avant que le Montargis ne recommence à acheter des œuvres pour son musée. Espérons que sa prochaine réouverture incite la ville à reprendre cette tradition nécessaire à la vie d’un tel établissement.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.