À nos lecteurs réguliers, mais non abonnés...

Mise à jour 15 mars : les dernières annonces ayant conduit à l’annulation de toutes les publicités placées sur des articles, nous sommes contraints, temporairement, et pour compenser notre chiffre d’affaire, de restreindre tout l’accès au site, sauf pour les articles consacrés à nos combats patrimoniaux. La Tribune de l’Art doit vivre d’abord de ses lecteurs. Nous vous remercions pour vos abonnements. Ceux qui estiment ne pas pouvoir payer l’abonnement (50 euros par an), par exemple les chômeurs en fin de droit, peuvent nous envoyer un mail pour nous expliquer leur situation, et nous leur donnerons l’accès le temps nécessaire.

Voir l´image dans sa page

Le Salon du Dessin n’est donc pas annulé, mais déplacé, du 28 au 31 mai (voir la brève). Malgré tout, la Tefaf qui a pu avoir lieu en dépit de son raccourcissement, a été un authentique succès. De même, à une toute autre échelle, les inaugurations des expositions des galeries de la rue Chaptal, qui avaient lieu hier, ont été une réussite tout aussi éclatante, ce qui démontre que les musées et les collectionneurs restent acheteurs.

Il reste qu’au-delà des drames humains, de nombreuses entreprises vont souffrir et que l’interruption d’un grand nombre d’activités économiques et culturelles risque d’entraîner un nombre important de faillites.
Le report ou l’annulation de publicités touche également La Tribune de l’Art. Malgré un lectorat inégalé (80 000 visiteurs uniques par mois, soit 80 000 lecteurs) notre nombre d’abonnés payants est encore trop faible (environ 1 500). Ceci s’explique aisément : longtemps entièrement gratuit, le site demeure d’accès libre pour tous les articles pendant un mois [1], et en permanence pour les articles liés à nos combats patrimoniaux.

Nous ne souhaitons pas changer cela, mais il n’est pas sain, et pas normal, que nous dépendions à ce point des publicités pour pouvoir exister. L’information de qualité est onéreuse à produire. L’entreprise emploie quatre personnes à plein temps, plus une personne pour un tiers de son temps, soit pour employer un terme économique 4,3 équivalents temps plein. Cela a un coût important qui ne devrait dépendre que de notre lectorat.

Pour cette raison, j’appelle tous les lecteurs réguliers de La Tribune de l’Art à s’abonner à notre site. Si vous nous lisez régulièrement, c’est que vous aimez ce que nous faisons, et que vous trouvez nos informations pertinentes et nos combats utiles. Comme je vous l’ai dit, produire des articles originaux et bien informés, qui ne sont jamais des résumés de communiqués de presse ou de dépêches d’agence, et que vous ne lirez pas ailleurs, cela a un coût. J’ai souvent lancé cet appel, mais les circonstances actuelles m’obligent à faire appel à nos lecteurs de manière plus solennelle. L’abonnement coûte 50 euros par an, ce qui n’est rien pour beaucoup d’entre vous, et qui est énorme pour nous, car les petits ruisseaux font les grandes rivières. Cela vous donnera aussi accès à toutes nos archives, et donc, en plus des articles que nous préparons, beaucoup de lecture pour les journées à venir qui risquent d’être longues.

Merci d’avance à tous. Pour vous abonner, c’est ici !

Didier Rykner

Notes

[1Même si pour certains, et à certaines périodes, nous réduisons ce délai à une semaine.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.