Contenu abonnés

Visite du chantier de restauration de la nef de Saint-Germain-des-Prés

Didier Rykner 2 2 commentaires

Lors de notre visite du chantier de restauration de la nef de Saint-Germain-des-Prés (voir aussi cette brève), nous avons pu prendre de très nombreuses photographies qui permettent de découvrir ce chef-d’œuvre de la peinture religieuse française du XIXe siècle de très près et sous des angles inédits. Malgré les travaux en cours et l’état médiocre de certaines figures, on peut admirer l’extraordinaire talent d’Hippolyte Flandrin, qui fut aidé sur ce chantier notamment par son frère Paul qui eut en charge de le terminer après le décès en 1864. Ingres, à l’annonce de la mort d’un de ses élèves favoris, écrivit : « La mort elle-même regrette celui qu’elle vient de frapper »...

Nous parcourrons la nef sur les échafaudages en commençant par les peintures du côté gauche, de l’entrée jusqu’au transept, pour revenir ensuite à droite du transept à l’entrée. Les peintures, peintes à la cire afin de donner l’aspect mat de la fresque, se répartissent sur deux registres principaux. À la partie supérieure, essentiellement des figures de l’Ancien Testament (mais on y trouve par exemple tout de même saint Jean-Baptiste) ; la partie inférieure est constituée de grandes compositions, deux au-dessus de chaque arcade, vingt au total. Chaque paire de tableau représente à gauche une scène du Nouveau Testament, à droite un épisode de l’Ancien Testament qui en est la préfiguration. Ainsi, par exemple, à L’Annonciation, qui représente le thème de la révélation, répond Le Buisson ardent.

Nous n’avons pas pu photographier toutes les peintures en cours de restauration, souvent uniquement des détails, et avec la présence parfois prégnante des échafaudages. Une couverture photographique complète de l’église sera, une fois la restauration terminée, mise en ligne dans notre base de données Stella (dans les tous prochains jours, nous allons d’ailleurs inclure dans cette base un grand nombre d’œuvres de l’église Saint-Germain-des-Prés, dont les peintures murales déjà restaurées).

Nous avons, à chaque fois que cela était possible, reproduit également les esquisses d’Hippolyte Flandrin connues dont nous avons pu trouver des reproductions.


Nef, côté gauche, première arcade :

Adam et Ève


1. Hippolyte Flandrin (1809-1864)
Adam et Ève
Huile sur papier - 33,5 x 19,5 cm
Paris, collection particulière
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

2. Hippolyte Flandrin (1809-1864)
Adam et Ève, détail
Peinture à la cire
En cours de restauration
Paris, église Saint-Germain-des-Prés
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

L’Annonciation


3. Hippolyte Flandrin (1809-1864)
L’Annonciation, détail
Peinture à la cire
En cours de restauration
Paris, église Saint-Germain-des-Prés
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page
4. Hippolyte Flandrin (1809-1864)
L’Annonciation, détail
Peinture à la cire
En cours de restauration
Paris, église Saint-Germain-des-Prés
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

Abel et Énoch


5. Hippolyte Flandrin (1809-1864)

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.