Contenu abonnés

Versailles. Architectures rêvées 1660-1815

Alexandre Lafore

Versailles, Musée national du château, du 4 mai au 4 août 2019

L’exposition ne dure que trois petits mois – ces dessins souvent grandioses restant avant tout de fragiles œuvres graphiques – et se termine le dimanche 4 août, ce qui ne laisse plus que quelques jours pour s’y précipiter. Mais il ne faut pas manquer ce rassemblement inédit de plans et d’élévations qui évoquent un siècle et demi de chantier permanent au château de Versailles. La centaine de dessins d’architecture réunis pour l’occasion rappelle de manière éloquente que l’impeccable classicisme qu’on associe volontiers à l’image de Versailles n’est en fait qu’une chimère, l’ancien palais des rois de France ayant connu une évolution plutôt chaotique. Les projets se multipliaient sous chaque souverain, au gré des caprices des monarques et des fantasmes des architectes. On découvre ainsi Versailles tel qu’il aurait pu ou tel qu’il aurait dû être, ayant généré un extraordinaire foisonnement architectural souvent utopique.


1. Vue de la première salle de l’exposition
Photo : Château de Versailles
Voir l´image dans sa page
2. Vue de la dernière salle de l’exposition
Photo : Château de Versailles
Voir l´image dans sa page

Evacuons d’emblée le principal reproche que l’on peut faire à cette exposition : installée de façon inexplicable dans la galerie qui double l’enfilade des salles du musée de l’Histoire de France dédiées au XVIIe siècle, dans l’aile Nord, elle pâtit hélas d’une mise en espace plutôt malheureuse (ill. 1 et 2). Equipée de cimaises aux couleurs peu attrayantes, la galerie a donc été transformée durant trois mois en salle d’exposition temporaire, avec des œuvres de taille parfois imposante qui semblent entrer au chausse-pied dans un espace qui n’était pas vraiment prévu pour elles. Si l’architecture n’est pas forcément l’art le plus aisé à exposer, la médiation n’est pas en cause ici puisque de très intelligents dispositifs parsèment le parcours : des reproductions textiles des dessins comportant des retombes permettent au visiteur de mieux les appréhender (ill. 3), une grande maquette nous dévoile les projets de Gabriel pour le château (ill. 4), de nombreuses vues dessinées [1] nous montrent les projets du XVIIe siècle comme s’ils avaient été réalisées et un grand écran tactile, placé à la fin de l’exposition, invite le visiteur à concevoir son propre projet pour Versailles !


3. Dispositif de médiation reproduisant une élévation attribuée à Louis Le Vau (1612-1670) ou François d’Orbay (1634-1697) pour le grand escalier du roi
Paris, Bibliothèque de l’Institut de France
Photo : Alexandre Lafore
Voir l´image dans sa page
4. Maquette représentant le Grand Projet d’Ange-Jacques Gabriel pour le château de Versailles placée devant les plans correspondants
En beige, l’aile Neuve réalisée sous Louis XV ; en blanc, le projet d’uniformisation des façades
Photo : Alexandre Lafore
Voir l´image dans sa page

Placé à l’entrée de l’exposition, un grand tableau d’Adam Frans van der Meulen (ill. 5) prêté par la reine Elizabeth…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.