Contenu abonnés

Une souscription pour la restauration du théâtre du château de La Roche-Guyon

1 1 commentaire

20/9/19 - Souscription, Restauration - La Roche-Guyon, Théâtre du château - Aménagé dans le sous-sol du pavillon d’Enville, sous le grand salon, le petit théâtre troglodytique du château de La Roche-Guyon fut inauguré en octobre 1768 par Marie-Louise de La Rochefoucauld, duchesse d’Enville. Peu documenté, son usage après le XVIIIe siècle est largement méconnu. Abandonné - comme l’ensemble de la demeure - après le scandaleux démantèlement du château en 1987 (voir l’article), le théâtre fut en partie muré. La restauration du domaine - vandalisé - qu’il fallut nécessairement entreprendre dès lors qu’il fut rouvert au public en 1994 ne l’inclut pas tant les priorités abondaient. Son état est aujourd’hui absolument catastrophique (ill. 1).


1. La scène du théâtre du château de La Roche-Guyon
La Roche-Guyon, château
Photo : Pauline Fouche
Voir l´image dans sa page

Si l’on peut se réjouir que le théâtre ait en 2018 enfin intégré le programme de restauration globale du monument classé, les premiers crédits publics qui lui furent alors alloués demeurent bien maigres face à l’ampleur des dégâts. L’enveloppe de 108 828 € accordée par le département du Val-d’Oise - pour près de la moitié (48 937 €) -, la direction régionale des affaires culturelles (Drac) et le conseil régional d’Île-de-France ne constitue que 8% des 1 300 344 € estimés nécessaires à son sauvetage. Elle permet néanmoins de financer les indispensables travaux de conservation préventive qui précéderont la restauration proprement dite. Ils devraient débuter en janvier 2020 et durer quatre à cinq mois. En juin dernier, la sélection du théâtre par la deuxième mission Bern pour le patrimoine fut une nouvelle promesse. Si le montant collecté par le loto du patrimoine ne sera connu qu’en fin d’année - les deux nouveaux jeux à gratter ont été lancés début septembre -, la direction du château espère pouvoir financer grâce à lui 15% de son chantier (soit 195 000 € environ). Les très prochaines…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.