Contenu abonnés

Une rare paire de coupes XVIIIe préemptée par Les Arts décoratifs

3/12/22 - Acquisition - Paris, Musée des Arts décoratifs - Avant de nous intéresser au dessin d’Esprit Antoine Gibelin préempté par le Musée des Arts décoratifs chez Millon ce 24 novembre, revenons sur trois autres de ses récentes acquisitions, à commencer par une paire de coupes en carton laqué attribuées à Étienne-Simon Martin. Préemptées, grâce au mécénat de la Fondation La Marck sous l’égide de la Fondation de Luxembourg, pour 11 500 euros (sans les frais) lors de la vente de la SVV Coutau-Bégarie à l’hôtel Drouot le 3 juin dernier, elles ont rejoint les salles XVIIIe du parcours permanent qu’elles étoffent d’un rare exemple de la technique de la laque française appliquée sur carton.


Attribuées à Étienne-Simon Martin (1703-1770)
Paire de coupes, vers 1750
Laque rouge sur carton, monture en bronze ciselé et doré - 13 x 17,5 cm
Paris, Musée des Arts décoratifs
Photo : Les Arts Décoratifs/Christophe Dellière
Voir l´image dans sa page

Typique des objets transformés et vendus par les marchands merciers, les deux coupes en carton recouvert d’une laque rouge imitant la forme de bols chinois du début de la période Kangxi (1662-1722) sont ceintes de belles montures rocaille en bronze doré aux motifs de feuilles d’acanthe et fleurettes. Elles sont attribuées à Étienne-Simon Martin (1703-1770) qui, comme le précisait la remarquable exposition que le Musée des Arts décoratifs [1] consacrait aux Secrets de la laque française. Le vernis Martin en 2014 (voir l’article), semble s’être fait une spécialité de cette technique. Ainsi son inventaire des marchandises après-décès en 1770 recense, parmi une grande variété de marchandises laquées (mais aussi de figures et médaillons de plâtre bronzé), allant de la petite navette à la berline en passant par les tables en cabaret ou les toilettes qui constituent l’essentiel de sa production, trente-huit vases de cartons, certains de « porphyre poli », d’autres en « laque rouge poli ». Une attribution qu’il…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.