Contenu abonnés

Une peinture de Maillol acquise par Perpignan

11/3/22 - Acquisition - Perpignan, Musée d’art Hyacinthe Rigaud - Les femmes de Maillol sont plus souvent habillées quand elles sont peintes. Sur la plage ou dans un parc, souvent présentées de profil, souvent cachées par leur chapeau, elles sont déjà imprégnées de ce silence qu’admira Gide dans les sculptures du maître [1]. Car on oublie qu’Aristide Maillol commença par la peinture. Arrivé à Paris en 1882, il tenta à plusieurs reprises d’entrer à l’École des Beaux-arts où il fut finalement admis en 1885 et suivit l’enseignement de Laurens, de Gérôme et de Cabanel. Mais l’enseignement académique le déçut, pire, il lui aurait « voilé les yeux [2] », selon ses propres mots. Maillol se tourna alors vers l’art de Puvis de Chavannes dont il copia certaines œuvres telles que le Pauvre…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.