Contenu abonnés

Une importante donation de tableaux d’Eugène Carrière pour Douai

28/1/13 - Acquisitions - Douai, Musée de la Chartreuse - Médecin cancérologue, Philippe Denis a réuni une importante collection de tableaux d’Eugène Carrière qu’il souhaitait offrir à un musée. Grâce à l’action d’Étienne Bréton et de Corinne Hershkovitch (avocate qui avait permis la récupération récente d’un tableau de Jules Breton - voir la brève du 16/8/11), le choix s’est porté sur le Musée de la Chartreuse à Douai, qui possédait déjà trois tableaux de cet artiste dont deux provenant de la collection du peintre douaisien Henri Duhem, donateur d’un important fonds symboliste et pointilliste.

Les peintures offertes, datées ou datables entre 1875 et 1904, sont représentatives de l’œuvre du peintre. Elles figurent toutes dans le catalogue raisonné de Rodolphe Rapetti.


1. Eugène Carrière (1849-1906)
Portrait d’enfant en costume d’Alsacienne, vers 1875-1880
Huile sur panneau - 40,5 x 31,5 cm
Douai, Musée de la Chartreuse
Photo : Musée de la Chartreuse
Voir l´image dans sa page
2. Eugène Carrière (1849-1906)
Enfant à l’ombrelle et au shako, 1877
Huile sur panneau - 24 x 36 cm
Douai, Musée de la Chartreuse
Photo : Musée de la Chartreuse
Voir l´image dans sa page

Un Portrait d’enfant en costume d’Alsacienne (ill. 1), peint sur bois, est datable de 1875/1880. Il est possible que le costume alsacien soit volontairement une évocation patriotique de la perte de cette région survenue quelques années plus tôt. On remarque dans ce tableau, comme dans le suivant daté de 1877 et qui montre un enfant dans la campagne, assis à côté d’une ombrelle (ill. 2), une palette colorée qui rappelle (surtout dans ce dernier panneau) celle des impressionnistes, et que l’artiste devait rapidement abandonner au profit de coloris presque exclusivement brun et d’une manière vaporeuse qui fera dire - un peu méchamment, mais assez drôlement - à Degas : « on a fumé dans la chambre des enfants ».

Ces tons de camaïeu brun se retrouvent ainsi dans un tableau représentant une jeune…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.