Contenu abonnés

Une importante donation d’art graphique à la Frick Collection

6/10/21 - Acquisitions - New-York, Frick Collection - Onze ans après le legs de dix admirables dessins de son ancien directeur Charles Ryskamp [1], la Frick Collection reçoit un exceptionnel « promised gift » du couple de collectionneurs Elizabeth « Betty » et Jean-Marie Eveillard, par ailleurs actuelle présidente du board of trustees et ancien administrateur du musée new-yorkais. Vingt-six feuilles rejoignent ainsi ses collections d’arts graphiques, florilège éclectique de dix-huit dessins, cinq pastels, deux estampes et une esquisse à l’huile de la fin du XVe à la fin du XIXe siècle de leur immense collection d’œuvres européennes sur papier passionnément réunie ces quarante-cinq dernières années. Quinze de ces nouvelles feuilles rejoignent le très beau fonds français tandis que la seconde moitié de la donation vient étoffer les remarquables collections italienne, britannique et néerlandaise.


1. Jean-Baptiste Greuze (1725-1805)
Tête de garçon, vers 1777
Sanguine - 39,4 x 32,3 cm
New-York, Frick Collection
Photo : Joseph Coscia Jr.
Voir l´image dans sa page
2. Antoine Watteau (1684-1721)
Deux têtes de comédien, un bras et trois mains, vers 1716
Sanguine, craies noire et blanche -
21,4 x 25 cm
New-York, Frick Collection
Photo : Joseph Coscia Jr.
Voir l´image dans sa page

Le XVIIIe siècle français est le premier concerné par la généreuse donation. Les neuf feuilles dont il se voit doter viennent plus que doubler son corpus graphique jusqu’alors fort restreint. Si la sanguine de Jean-Baptiste Greuze (ill. 1) rejoint la paire de portraits au pastel des époux Baptiste acquise en 1996, les dessins de Watteau, Boucher et Fragonard viennent compléter le corpus exclusivement pictural déjà conservé de ces artistes.


3. Nicolas Lancret (1690-1743)
Deux femmes dansant, vers 1728
Sanguine, craies noire et blanche
18,6 x 24 cm
New-York, Frick Collection
Photo : Joseph Coscia Jr.
Voir l´image dans sa page
4. Jules-Alfred de Goncourt (1830-1870)
, d’après Nicolas Lancret
Deux femmes dansant, vers 1860
Gravure - 24,1 x 28,6 cm
New-York, Frick Collection
Photo : Joseph Coscia Jr.
Voir l´image dans sa page

À l’unique toile de Watteau, une rare scène militaire - dont le sujet fit l’objet d’une exposition de la Frick Collection en 2016 [2] - s’adjoint une étude de comédiens (ill. 2) plus caractéristique. Exécutée à la pierre noire rehaussée de sanguine et de craie blanche, elle relève d’une plus large série dont le Louvre ou l’Art Institute de Chicago conservent d’autres feuilles. Il faut ajouter à cette feuille du maître de Valenciennes, celle de Nicolas Lancret (ill. 3) - suivie de sa gravure postérieure par Jules-Alfred de Goncourt (ill. 4) -, l’un des « satellites de Watteau », ainsi que les désigna Robert Rey en 1932 [3], à l’œuvre dessiné prolifique. L’idée de ce réseau artistique a bénéficié tout récemment d’une nouvelle étude d’Axel Moulinier parue dans les Cahiers du…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.