Un dessin du Maître de Flore offert par la Société des Amis du Louvre

Didier Rykner

4/4/19 - Acquisition - Paris, Musée du Louvre - Le département des Arts graphiques du Louvre achète parfois, heureusement, de très beaux dessins, importants pour la collection. C’est ainsi que grâce aux Amis du Louvre, le musée a pu s’enrichir très récemment d’une feuille du Maître de Flore, acquise auprès de Benjamin Peronnet qui a récemment ouvert sa galerie au 10 rue de Louvois.


1. Maître de Flore
Vénus couronnée par un satyre, l’Amour et les trois Grâces
Pierre noire, rehauts de gouache blanche - 29 x 23,5 cm
Paris, Musée du Louvre
Photo : Benjamin Peronnet
Voir l´image dans sa page

Le Maître de Flore est un artiste de la première École de Fontainebleau dont l’identité reste encore à établir, travaillant dans l’entourage de Niccolo dell’Abbate dont il fut peut-être l’élève, voire le fils Giulio Camillo dell’Abate. Son nom de convention est tiré d’une Flore conservée au Fine Arts Museum de San Francisco. La composition de ce dessin, qui représente Vénus couronnée par un satyre, l’Amour et les trois Grâces, était connue par deux copies anciennes, l’une peinte passée récemment en vente le 26 mars 2010 chez Piasa, et l’autre dessinée à la sanguine conservée au Teylers Museum de Haarlem.


2. D’après le Maître de Flore
Vénus couronnée par un satyre, l’Amour et les trois Grâces
Huile sur toile - 106 x 123 cm
Vente Piasa 26 mars 2010
Photo : Piasa
Voir l´image dans sa page

Cette feuille était passée en vente le 10 juin 2018 à Auxerre avec une attribution exacte mais insuffisamment précise puisqu’elle indiquait seulement que son auteur appartenait à l’École de Fontainebleau, dans l’entourage de Niccolo dell’Abbate, ce qui est le cas. Il n’y a donc pas eu erreur sur la substance, d’autant que l’estimation de 3 à 4 000 € s’était envolée pour aboutir à 150 000 € sans les frais. Elle porte au dos le paraphe de la collection François de La Noue, un ensemble réuni au début du XVIIe siècle dans lequel était conservé de nombreuses œuvres de l’École de Fontainebleau.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.