Un tableau de Mola offert au Metropolitan

16/11/20 -  Acquisition - New York Metropolitan Museum - Caïn tua son frère parce que Dieu aima son offrande plus que la sienne. L’épisode fut représenté par Pier Francesco Mola dans un tableau qui a été offert au Metropolitan Museum par Alan M. May, en mémoire de son épouse, à l’occasion du 150e anniversaire du musée en cette année 2020 (ill. 1). Il fut présenté dans la galerie de Jean-Luc Baroni en 2016. L’œuvre rejoint dans les collections plusieurs dessins du maître ainsi qu’une huile sur cuivre illustrant Le Repos pendant la fuite en Egypte.


1. Pier Francesco Mola (1612 - 1666)
Caïn et Abel, vers 1650-1652
Huile sur toile - 139 x 90 cm
New York, Metropolitan Museum of Art
Photo : JL Baroni
Voir l´image dans sa page

La composition de Caïn et Abel s’inspire d’une œuvre du Titien qui met en scène le martyre de saint Pierre de Vérone, attaqué sur la route de Côme à Milan, blessé avec une serpe et achevé d’un coup de poignard. Ce tableau disparut dans l’incendie de l’église San Giovanni e Paolo de Venise en 1867, mais il est connu par la gravure - l’une d’elles est détenue au Metropolitan - et par les copies qu’en firent différents peintres, parmi lesquels Mola lui-même, vers 1644, dont la version est conservée à la Galleria Pallavicini de Rome (ill. 2) . On retrouve les arbres vaporeux disposés d’un côté, le ciel nuageux à l’arrière-plan, auquel se mêle, chez Mola, la fumée du feu, avec un certain sens du drame, puisque qu’elle évoque l’offrande qu’Abel fit à Dieu - les premiers nés de son troupeau - avant d’être lui-même tué par son frère aîné. Les poses des personnages et l’éloquence de leurs gestes sont également comparables : l’agresseur est penché sur sa victime qui, allongée sur le sol, lève les bras pour se défendre.


1. Pier Francesco Mola Pier Francesco Mola (1612 - 1666)
D’après Titien (1488-1576)
Martyre de saint Pierre de Vérone , vers 1644
Rome, Galleria Pallavicini
Photo : JL Baroni
Voir l´image dans sa page

Le Meurtre d’Abel par Caïn est une œuvre de maturité réalisée dans les années 1650, lorsque le peintre concilia ses influences bolonaise et vénitienne. En effet, Pier Francesco Mola mena une grande partie de sa carrière à Rome mais, entre 1633 et 1647, séjourna à deux reprises dans le Nord de l’Italie, à Lucques, Venise, Bologne ; il travailla auprès de l’Albane, fut marqué par Guerchin et Bassano.

Il traita le même sujet une autre fois, vers 1663-1666, sur le plafond du Palais Colonna, montrant cette fois-ci l’instant d’après, Caïn qui fuit alors que son frère git à terre au second plan.
Une composition mettant aussi en scène les deux frères, l’un mort et l’autre en fuite, fut d’abord attribuée à Mola puis à son atelier et finalement à son élève Giovanni Bonati ; elle est conservée à la Cassa Depositi e Prestiti de Rome.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.