Un tableau de Garneray pour le Musée des Beaux-Arts de Brest

13/9/18 - Acquisition - Brest, Musée des Beaux-Arts - Louis Garneray fait partie, avec Théodore Gudin et le plus célèbre Eugène Isabey, de ces peintres romantiques qui se spécialisèrent dans les marines, représentant souvent des tempêtes, des naufrages et des batailles navales.


1. Louis Garneray (1783-1857)
La troisième bataille d’Ouessant, 1838
Huile sur toile - 56 x 76 cm
Brest, Musée des Beaux-Arts
Photo : Musée des Beaux-Arts de Brest
Voir l´image dans sa page

Lui-même marin - il s’engagea à treize ans et demi comme mousse en naviguant sur l’océan Indien - il peignait ce qu’il connaissait bien avec un réalisme combiné à un remarquable sens de la mise en scène dramatique.
Le Musée des Beaux-Arts de Brest a acquis récemment, auprès de la galerie Barnabé à Paris, une toile de cet artiste montrant la troisième bataille d’Ouessant (ill. 1), qui opposa les flottes françaises et britannique dans la rade de Brest, du 28 mai au 1er juin 1794. Les pertes furent lourdes des deux côtés et les deux nations revendiquèrent la victoire.


2. Louis Garneray (1783-1857)
Le Naufragé
Huile sur toile - 82 x 100 cm
Brest, Musée des Beaux-Arts
Photo : Musée des Beaux-Arts de Brest
Voir l´image dans sa page

Cette œuvre, datée de 1838, fut présentée au Salon cette même année, avec un pendant représentant la bataille d’Agosta en Sicile le 22 avril 1676 opposant les navires français aux hollandais et aux espagnols. Elle viendra rejoindre au musée de Brest Le Naufragé une autre toile saisissante de Garneray qui représente le thème romantique de l’homme luttant seul contre la nature déchainée : avec pour seul esquif une planche de bois, le malheureux est prêt d’être englouti par les vagues, sous l’œil des mouettes qui tournent au-dessus de lui.

Publicité Kugelb2018

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.