Un tableau de Baburen et un dessin de Stradanus entrent au Cleveland Art Museum

1. Dirck van Baburen (vers 1592/1593–1624),
Joueur de violon, 1623
Huile sur toile - 80,4 x 67,1 cm
Cleveland, The Cleveland Museum of Art
Photo : The Cleveland Museum of Art
Voir l´image dans sa page

25/6/18 - Acquisitions - Cleveland (Ohio), Cleveland Art Center - Un violon dans une main, un verre dans l’autre, un homme à l’air égrillard adresse au spectateur un regard complice et une sourire qui laisse apparaître une dent cassée. La musique est ici synonyme de fête, voire de débauche.
Le Cleveland Art Museum a récemment annoncé l’acquisition d’un Violoniste peint par Dirck Van Baburen (ill. 1). L’œuvre, passée en vente à Zurich le 22 septembre 2017, avait été adjugée 595 500 francs suisses (frais inclus).
Peinte en 1623, elle témoigne de la diffusion du caravagisme à Utrecht. Van Buren est en effet rentré de Rome en 1620. Son œuvre - relativement restreint puisqu’il mourut en 1625 - comporte, outre des compositions religieuses et mythologiques, plusieurs figures populaires comme celle-ci et plus particulièrement des musiciens, Joueur de luth, Joueur de guimbarde ou bien Chanteur (voir la brève du 11/1/08), tous présentés en buste, sur un fond neutre, l’épaule dénudée, le corps modelé par un fort contraste d’ombre et de lumière.

Ce tableau rejoint dans les collections les œuvres d’autres représentants du caravagisme à Utrecht : le Saint Jérôme de Henrick ter Brugghen, Samson et Dalila de Gerrit Honthorst.


2. Johannes Stradanus (523–1605),
Apollon écorchant Marsyas, vers 1570–1605
Plume, encre brune, lavis brun, rehauts de blanc - 21,1 x 31,5 cm
Cleveland, The Cleveland Museum of Art
Photo : The Cleveland Museum of Art
Voir l´image dans sa page

Le musée a en outre acheté à la Galerie Didier Aaron & Cie, un dessin de Johannes Stradanus, illustrant la victoire de la lyre sur la flûte, de la raison sur la passion, autrement dit Apollon écorchant Marsyas (ill. 2). Les dieux de l’Olympe assistent au supplice du satyre.
Né à Bruges, formé à Anvers, Jan van der Straet, dit Johannes Stradanus vécut et travailla à Florence. Il fournit de nombreux projets pour des peintures décoratives, des gravures et des tapisseries. L’artiste traita le même sujet d’une autre manière pour une gravure, concentrant la composition sur Apollon et Marsyas.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.