Contenu abonnés

Un portrait attribué à Gillis Claeissens acquis par le Groeningemuseum

18/09/21 - Acquisition - Bruges, Groeningemuseum - Quatre ans après la remarquable exposition qu’il dédiait à la peinture brugeoise à la Renaissance (voir l’article), le Groeningemuseum s’enrichit d’une œuvre attribuée à Gillis Claeissens, l’un des maîtres brugeois oubliés alors remis à l’honneur. Acquis auprès de la galerie turinoise Caretto & Occhinegro lors de l’édition online de la TEFAF (voir la brève du 9/9/21) qui s’achevait il y a quelques jours, le Portrait d’homme en armure (ill.), issu d’une collection privée suisse, vient brillamment compléter le corpus d’œuvres de la famille Claeissens déjà conservé par le musée et partiellement présenté dans la salle 4 du parcours permanent. Jusqu’alors, Gillis manquait à l’appel, seuls son père Pieter I Claiessens, lui aussi récemment redécouvert, et ses frères cadets Pieter II et Antonius Claeissens, aux productions mieux connues puisque largement signées ou monogrammées, étaient représentés.


Attribué à Gillis Claeissens (1536/37-1605)
Portrait d’homme en armure, vers 1560
Huile sur toile - 32,7 x 25 cm
Bruges, Groningemuseum
Photo : Caretto & Occhinegro
Voir l´image dans sa page

Seul membre de la famille Claeissens à être mentionné par des chroniqueurs du XVIIe siècle - comme peintre de cour, auprès d’Alexandre Farnese et plus certainement du couple archiducal Albert et Isabelle à Bruxelles - et à figurer dans les éloges funèbres du XVIIIe siècle des personnalités brugeoises célèbres, Gillis jouit vraisemblablement d’une grande renommée. Pourtant, aucune œuvre ne pouvant lui être attribuée avec certitude - à l’exception d’une Vierge a l’enfant avec un bol de cerises signée « Gidius Claeissins fecit 1601 » passée en vente à Francfort en 1892 sans toutefois être reproduite et aujourd’hui non localisée -, il fut éclipsé par ses deux frères aux œuvres bien plus certains.

Comme le révélait l’exposition de 2017 - au catalogue de laquelle nous renvoyons pour de plus amples précisions -, cette…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.