Un plat du service « bleu céleste » de Louis XV préempté par Versailles

Didier Rykner 3 3 commentaires

18/10/18 - Acquisitions - Versailles, Musée national du château - Le service « bleu céleste » de Louis XV est le premier qui fut commandé à la nouvelle manufacture de Vincennes, créée en 1751. La livraison s’étala sur trois années, en 1753, 1754 et 1755. On y trouvait pas moins de 1749 pièces, dont certaines avaient des formes nouvelles, imaginées par l’orfèvre du roi Jean-Claude Duplessis [1]. La couleur en fut créée par Jean Hellot, directeur de l’Académie des Sciences.


1. Manufacture de Vincennes, 1754
Plat rond du service bleu céleste de Louis XV
Porcelaine tendre - D. 32,2 cm
Préempté par le château de Versailles
Photo : SVV Pescheteau-Badin
Voir l´image dans sa page

Dans la vente Pescheteau-Badin qui avait lieu aujourd’hui 19 octobre 2018 à l’hôtel Drouot, le château de Versailles a préempté pour 119 700 € (frais compris) un plat rond provenant de ce service (ill. 1). Le centre du plat est orné d’un groupe de fleurs et fruits et d’un oiseau en vol. Ce plat fait partie de la livraison de 1754.


2. Manufacture de Vincennes, 1754-1755
Plat d’entremets du service bleu céleste de Louis XV
Porcelaine tendre - D. 31,5 cm
Versailles, Musée national du château
Photo : Musée national du château de Versailles
Voir l´image dans sa page

Plus tôt cette année, le château avait pu s’enrichir, grâce à la Société des Amis de Versailles (et à un legs de Madame Simone Baraille), d’un autre plat du même service, très légèrement plus petit et d’un modèle différent. Il s’agit d’un plat d’entremets, rond, polylobé, à motifs de groseilles en relief (ill. 2). Le château poursuit ainsi une politique volontaire d’achat d’éléments de cet ensemble prestigieux menée depuis plusieurs années. Depuis la création de La Tribune de l’Art (nous n’en avions pas encore parlé), les Amis de Versailles ont offert une assiette en 2004, un moutardier couvert et son plateau, la même année, et un plateau corbeille en 2006. En 2004 encore, une terrine avait été acquise par l’Établissement public ; en 2011, une jatte à punch avait été achetée à Londres, chez Adrian Sassoon, grâce au mécénat de KPMG SA et enfin le 20 mai 2014, un compotier avait été emporté aux enchères chez Christie’s New York. Les Amis de Versailles avaient aussi offert en 1995 une paire de corbeilles rondes et une corbeille ovale et en 2002 une autre assiette.

Hors Versailles, les musées français conservent plusieurs autre pièces de ce service. Sans souci d’exhaustivité, citons un compotier au Louvre et un plat au Musée national de la Céramique à Sèvres.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.