Contenu abonnés

Un manuscrit de Gauguin rejoint la Courtauld Gallery

Paul Gauguin (1848-1903)
Couverture du manuscrit Avant et après, achevé en 1903
Londres, Courtauld Gallery
Photo : Londres, Courtauld Gallery
Voir l´image dans sa page

28/9/20 - Acquisition - Londres, Courtauld Gallery - « Pour pleurer, souffrir, mourir, rire, vivre, jouir », c’est ce que promet la couverture d’un manuscrit de Gauguin intitulé Avant et après, achevé en 1903, quelques semaines avant sa mort, à Hiva Oa dans les Marquises. Conservé en mains privées, il n’a jamais été présenté au public. Il était néanmoins connu, fut retranscrit, et resta longtemps la seule source d’information sur le célèbre épisode de l’oreille coupée de Van Gogh. Gauguin y raconte en effet son séjour à Arles avec le maître hollandais. Il évoque aussi ses contemporains, Pissarro, Degas, Signac, Cézanne, crache sur les critiques qui n’ont pas su reconnaître son talent ; les conventions selon lui sont imposées par les critiques ou par la foule ignorante. Il fustige le comportement des autorités françaises et religieuses en Polynésie, condamne l’hypocrisie et la morale bourgeoises, lui dont les mœurs sont aujourd’hui plus que jamais pointées du doigt au détriment de son œuvre parfois, même dans les expositions qui lui sont consacrées (voir l’article).
Il n’hésite pas à rappeler les bons souvenirs, quand Manet lui fit compliment de sa peinture alors qu’il n’était encore qu’un agent de change. Gauguin répondit modestement que c’était de la peinture d’amateur, et Manet rétorqua : « Il n’y a d’amateurs que ceux qui font de la mauvaise peinture ». Il n’oublie pas d’évoquer Degas qui alla voir ses œuvres exposées chez Durand-Ruel. Degas, qui dédaignait les théories sur l’art, aurait cité la fable du Chien et du Loup à deux jeunes gens qui dans cette exposition lui demandèrent de leur expliquer la peinture de Gauguin : « Voyez-vous, Gauguin c’est le loup. »


Paul Gauguin (1848-1903)
Manuscrit Avant et après, achevé en 1903
Estampes japonaises

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.