Contenu abonnés

Un Dorigny pour Budapest

17/3/22 - Acquisition - Budapest, Szépművészeti Múzeum - C’est un tableau assez bien connu des amateurs français qui vient d’enrichir les collections du musée de Budapest puisque cette muse peinte par Michel Dorigny au milieu du XVIIe siècle appartenait récemment à la galerie Alexis Bordes, qui l’avait régulièrement exposée à Paris [1]. Érato, muse de la Poésie lyrique passa finalement en vente le 9 novembre 2021 chez Artcurial où elle fut adjugée 91 000 € frais compris au Szépművészeti Múzeum !


1. Michel Dorigny (1617-1665)
Érato, muse de la Poésie lyrique
Huile sur panneau - 81 x 100 cm
Budapest, Szépművészeti Múzeum
Photo : Artcurial
Voir l´image dans sa page

Érato appartient à un ensemble de Muses naguère attribué à Simon Vouet mais aujourd’hui mieux connu et surtout rendu à son gendre et collaborateur, Michel Dorigny. Les neuf Muses et le Parnasse constituaient des sujets de choix pour les artistes décorateurs de l’époque : on les retrouvait sur les lambris ou sur les plafonds des plus grandes demeures. Peinte sur un panneau de chêne, Érato ornait certainement une chambre ou un cabinet comme ceux de la maréchale de La Meilleraye, aujourd’hui conservés à la Bibliothèque de l’Arsenal, ou la plus célèbre Chambre des Muses de l’hôtel Lambert dont les panneaux peints par Eustache Le Sueur, acquis par Louis XVI, trônent au Louvre depuis la fin du XVIIIe siècle. Charles Poerson avait réalisé le Parnasse qui orne le plafond du salon de la maréchale de La Meilleraye mais c’est à Michel Dorigny que l’on doit la composition comparable (ill. 2) conservée au Szépművészeti Múzeum de Budapest depuis la fin du XIXe siècle.


2. Michel Dorigny (1617-1665)
Apollon et les Muses, dit aussi Le Parnasse
Huile sur panneau - 80 x 221,5 cm
Budapest, Szépművészeti Múzeum
Photo : Szépművészeti Múzeum
Voir l´image dans sa page

Le tableau fit récemment l’objet d’un passionnant article de Damien Tellas dans le Bulletin du musée hongrois des…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.