Contenu abonnés

Un Christ en ivoire de Jaillot pour le Musée du Grand Siècle

1. Pierre Simon Jaillot (1631-1681)
Crucifix, 1664
Ivoire - 41 x 28,5 cm
Saint-Cloud, Musée du Grand Siècle
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

19/12/22 - Acquisitions - Saint-Cloud, Musée du Grand Siècle et Troyes, Musée Saint-Loup - C’est un superbe Christ en croix en ivoire, sculpté par Pierre Simon Jaillot, signé et daté de 1664 (ill. 1 et 2), que l’on peut admirer parmi les nombreuses œuvres présentées en ce moment dans le petit château de Sceaux où s’est installée, jusqu’à l’ouverture, la mission de préfiguration du Musée du Grand Siècle [1].

L’œuvre a été acquise auprès d’un particulier qui souhaitait la voir entrer dans une collection publique. Cette nouvelle institution, qui a pour objectif notamment de montrer la production artistique du XVIIe siècle français, était tout indiquée pour exposer une sculpture très représentative de la dévotion privée à cette époque, et réalisée par l’un des meilleurs artistes dans ce domaine, dont l’œuvre est par ailleurs assez rare.
Né à Saint-Claude (ou à Avignon-lès-Saint-Claude selon les sources) dans le Jura, Jaillot travailla essentiellement l’ivoire, mais aussi le buis et l’ébène [2]. C’est en effet dans cette ville spécialisée dans la sculpture sur ivoire (avec notamment l’atelier des Rosset) qu’il se forma aux côtés de son frère Alexis Hubert qui ne persista pas néanmoins dans ce domaine, contrairement à Pierre Simon.


2. Pierre Simon Jaillot (1631-1681)
Crucifix, 1664 (détail)
Ivoire - 41 x 28,5 cm
Saint-Cloud, Musée du Grand Siècle
Photo : Thierry Baptiste
Voir l´image dans sa page

Ce dernier se disputa avec Charles Le Brun, qui lui avait commandé un Christ en croix en ivoire comparable à celui qu’il avait présenté comme morceau de réception à l’Académie royale de peinture et de sculpture où il était entré le 16 mai 1661. Le Brun ayant tardé à le régler, il revendit l’œuvre à quelqu’un d’autre. Il envoya par ailleurs des lettres injurieuses à…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.