Contenu abonnés

Tintoret. Naissance d’un génie

Paris, Musée du Luxembourg, du 7 mars au 1er juillet 2018.

L’exposition du Luxembourg est particulièrement difficile à recenser car nous pourrions écrire deux articles différents, l’un négatif, l’autre positif. Le moins que l’on puisse dire est que nous sommes vraiment partagé, presque schizophrène dans notre vision de cette rétrospective. Commençons par les critiques pour terminer par nos éloges.


1. Jacopo Robusti, dit il Tintoretto (1518-1594)
Le Lavement des pieds, vers 1539
Huile sur toile - 149 x 264 cm
Grenoble, Musée
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page
2. Jacopo Robusti, dit il Tintoretto (1518-1594)
Jésus parmi les docteurs, vers 1539
Huile sur toile - 197 x 319 cm
Milan, Museo del Duomo
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

3. Giovanni Galizzi (?-1565)
Saint Marc en trône entre saint Jacques et saint Patrick, 1547
Huile sur toile - 140 x 140 cm
Vertova, Museo de Santa Maria Assunta
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

Est-il vraiment possible de faire une exposition sur le jeune Tintoret sans prendre le risque de faire passer cet artiste pour un peintre moyen, capable de fulgurance mais souvent très inégal ? Car le risque auquel celle-ci n’échappe pas entièrement est de dérouter le visiteur néophyte qui ne serait jamais allé à Venise, et qu’il ne comprenne pas que celui-ci fut un des véritables génies de l’art vénitien du XVIe siècle, au même titre que Titien et Véronèse. Pour qui a visité la Scuola Grande di San Rocco, Tintoret est même un génie universel, l’un des rares peintres devant lequel on pourrait se mettre à genoux. Or, on verra ici beaucoup de toiles moyennes, si faibles parfois qu’on ne comprend pas comment on peut lui attribuer certains tableaux, surtout au regard des quelques vrais chefs-d’œuvre de l’exposition.

Dès la deuxième salle en effet, on se trouve pris entre Le Lavement des pieds du Musée de Grenoble (ill. 1) et le Christ parmi les docteurs (ill. 2) du Museo del Duomo de Milan. Le premier est un bon tableau, le second est…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.