Contenu abonnés

Sur le motif. Peindre en plein air 1780-1870

Paris, Fondation Custodia, du 3 décembre 2021 au 3 avril 2022

1. École française du XIXe siècle,
Une terrasse sur l’île de Capri
Huile sur papier contrecollé sur toile - 32,7 × 30,8 cm
Paris, Fondation Custodia, Collection Frits Lugt
Photo : Fondation Custodia
Voir l´image dans sa page

À peine entré dans les salles de l’exposition, le visiteur découvre une ravissante petite huile sur papier (ill. 1) montrant une terrasse ensoleillée à Capri et se met aussitôt à rêver du soleil d’Italie. Presque carré, ce tableau passé par la galerie Talabardon & Gautier et par la galerie Marty de Cambiaire avait été montré à Lyon à l’été 2010 lorsqu’il appartenait encore au collectionneur Jacques Gairard. Nous l’avions alors reproduit dans notre article, aux côtés d’une splendide Vue de l’église de la Trinité-des-Monts de Louis Dupré que l’on retrouve également dans l’exposition puisque le couple Gairard en a fait don à l’institution en 2016. Souvent admirée, longuement étudiée, la Terrasse à Capri reste aussi anonyme que séduisante et constitue une entrée en matière idéale pour cette manifestation : on pourrait croire que la Fondation Custodia a fait exprès de montrer ces paysages italiens ensoleillés au cœur de l’hiver parisien. Il n’en est rien : l’exposition Sur le motif. Peindre en plein air 1780-1870 fait partie des rescapés de la crise sanitaire et avait d’abord été programmée à l’automne 2020 puis au printemps 2021 !


2. Léon Fleury (1804-1858)
Le Tombeau de Caecilia Metella, vers 1830
Huile sur toile - 27,9 x 33 cm
Washington, National Gallery of Art
Photo : NGA
Voir l´image dans sa page
3. Edgar Degas (1834-1917)
Vue du château Sant’Elmo, vers 1856
Huile sur papier - 20 × 27 cm
Cambridge, The Fitzwilliam Museum
Photo : Fitzwilliam Museum
Voir l´image dans sa page

Les œuvres qu’on peut y admirer proviennent de plusieurs grands ensembles d’esquisses à l’huile exécutées en plein air entre la fin du XVIIIe siècle et la fin du XIXe siècle : les collections de la National Gallery of Art de Washington (ill. 2), largement réunies par le regretté Philip Conisbee, celles du Fitzwilliam Museum de Cambridge (ill. 3), celles de la Fondation Custodia où le directeur Ger Luijten a, depuis dix ans, concentré ses acquisitions sur les peintures de plein air suite à la suite du legs de Carlos van Hasselt [1] et Andrzej Niewęgłowski et dont une sélection fut déjà montrée au printemps 2012 (voir l’article).

4. Vue de l’escalier de l’hôtel Turgot abritant la Fondation Custodia
Photo : Philip Provily
Voir l´image dans sa page

Comme l’indique le catalogue en ligne de l’exposition Un univers intime, on pouvait ainsi y découvrir une dizaine d’œuvres qu’on retrouve avec un vif plaisir aujourd’hui. Les esquisses sur papier de la Fondation Custodia sont habituellement présentées dans l’élégante cage d’escalier de l’hôtel Turgot (ill. 4) : on remarque, sur un chevalet, les magnifiques Arbres dans une vallée de Simon Denis qui trônent actuellement dans…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.