Contenu abonnés

Les esquisses britanniques de la Fondation Custodia

21/10/21 - Acquisitions - Paris, Fondation Custodia - Les visiteurs de l’excellente exposition Un univers intime, tableaux de la collection Frits Lugt organisée au printemps 2012 (voir l’article) se souviennent certainement d’un ravissant petit panneau de Bonington : celui-ci était en effet le seul tableau britannique acheté par Frits Lugt (1884-1970), le fondateur de l’institution parisienne avant tout célèbre pour ses dessins et ses estampes. La collection de peintures de la Fondation Custodia, pourtant exposée en permanence sur les cimaises des salons de l’hôtel Turgot, est paradoxalement moins connue que les innombrables œuvres graphiques qui passent l’année dans leurs portefeuilles. L’exposition permettait donc de découvrir cette autre passion du fameux collectionneur, qui privilégiait bien sûr l’art flamand et hollandais, mais où l’on admirait aussi des tableaux français ou italiens. C’est en 1927 que Frits Lugt avait acquis ce « ravissant tableau ensoleillé » (ill. 1) peint lors d’un séjour vénitien de l’artiste anglais au printemps 1826 et qui donne l’impression d’avoir été directement réalisé depuis le canal de la Giudecca.


1. Richard Parkes Bonington (1802-1828)
La Giudecca à Venise, 1826
Huile sur panneau - 24,8 × 31,7 cm
Paris, Fondation Custodia, Collection Frits Lugt
Photo : Fondation Custodia
Voir l´image dans sa page

Un univers intime fut aussi l’occasion de présenter pour la première fois au public une partie des nombreuses esquisses à l’huile sur papier du XIXe siècle réunies par Carlos van Hasselt (1929-2009) et son compagnon Andrzej Nieweglowski. C’est en effet au successeur de Frits Lugt à la tête de l’institution que l’on doit l’embryon de cette collection aujourd’hui célèbre et très régulièrement enrichie sous l’égide de Ger Luijten, qui dirige la Fondation Custodia depuis onze ans (voir la brève du 22/1/10). Sa politique volontariste d’acquisitions d’esquisses à l’huile - dont l’exposition Sur le motif. Peindre en plein air 1780-1870, plusieurs fois décalée mais organisée du 3 décembre 2021 au 3 avril 2022 constituera le point culminant - s’inscrit dans la suite du legs des œuvres collectionnées avec passion par le couple auquel Ger Luijten rendit un hommage appuyé : « cet héritage composé essentiellement d’études à l’huile exécutées en plein air a ouvert un nouveau domaine d’exploration aspirant à construire une collection de référence d’esquisses similaires d’artistes français, danois, allemands, italiens, néerlandais et britanniques ». On y trouve en effet une petite toile (ill. 2) de Matthew Ridley Corbet que Carlos van Hasselt avait offerte en 1999 à Andrzej Nieweglowski : cette Après-midi dans le désert porte au dos une annotation de l’artiste indiquant le moment précis où elle fut achevée, le 13 décembre 1878 à 16h30. Corbet avait lui-même offert ce tableau à son ami le peintre et sculpteur animalier John Macallan Swan (1846-1910).


2. Matthew Ridley Corbet (1850-1902)

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.