Contenu abonnés

Sculpteurs romantiques pour Orléans (3) : trois albums de dessins de Triqueti

2 2 commentaires

10/1/21 - Acquisitions - Orléans, Musée des Beaux-Arts - Les collections publiques françaises sont riches en œuvres du sculpteur Henri de Triqueti, grâce au don par son gendre Lee Childe de son fonds d’atelier qui a profité à trois institutions : le Musée Girodet de Montargis, le Musée des Beaux-Arts d’Orléans et l’École des Beaux-Arts de Paris. Si les sculptures furent confiées aux deux premiers (deux tiers environ du fonds pour Montargis et un tiers pour Orléans), les dessins furent partagés entre Montargis et les Beaux-Arts de Paris. Jusqu’à présent, Orléans ne possédait qu’une seule feuille de cet artiste.


1. Henri de Triqueti (1803-1874)
Projet de coupe
Graphite, plume et encre de Chine - 19,5 x 12,2 cm
Orléans, Musée des Beaux-Arts
Photo : Galerie Terrades
Voir l´image dans sa page
2. Henri de Triqueti (1803-1874)
Projet de coupe
Graphite et aquarelle - 29 x 17,5 cm
Orléans, Musée des Beaux-Arts
Photo : Galerie Terrades
Voir l´image dans sa page

L’acquisition récente de trois carnets de dessins vendus par la galerie Terrades permet enfin à ce musée de conserver un ensemble conséquent de feuilles de celui-ci : les trois carnets (nommés pour les distinguer A, B et C) contiennent en effet pas moins de 258 dessins, une partie préparatoire à des œuvres connues (dont certaines sont au Musée des Beaux-Arts d’Orléans) et d’autres sont des copies d’après des œuvres de maîtres anciens. Couvrant une grande partie de la carrière du sculpteur (ils peuvent être datés entre 1835 et 1872), ces dessins représentent désormais de manière très complète son style graphique. Parmi les techniques représentées, la plume et encre brune est majoritaire, avec le graphite, parfois accompagnés de lavis, plus rarement de sanguine, de pierre noire et d’aquarelle…
S’ils proviennent directement de la collection Lee Childe, celui-ci a dû les racheter ou les récupérer auprès des personnes à qui ils avaient été offerts par Triqueti, puisque deux…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.