Contenu abonnés

Robert Pougheon 1886-1955. Un classicisme de fantaisie

Didier Rykner

Roubaix, Musée d’Art et d’Industrie André-Diligent, La Piscine, du 14 octobre 2017 au 7 janvier 2018.

1. Eugène Robert Poughéon (1886-1955)
Le Serpent
Huile sur toile - 157 x 161 cm
Roubaix, La Piscine, musée d’Art et d’Industrie André Diligent
Photo : Musée La Piscine (Roubaix)/RMN-GP/Arnaud Loubry
Voir l´image dans sa page

Heureusement qu’il y a quelques musées comme La Piscine de Roubaix pour nous rappeler que l’histoire de l’art du XXe siècle est un peu plus complexe que ce que l’on voit au Musée national d’art moderne. Son exposition consacrée aux dessins de Robert Pougheon dont elle conserve un fonds important est également l’occasion de publier pour la première fois un ouvrage sur cet artiste qui compte, avec ses amis Jean Dupas, Jean Despujol, Émile Aubry ou Louis Billotey, parmi les meilleurs peintres Art déco.

Il s’agit, comme régulièrement pour le Musée d’Art et d’Industrie André-Diligent (autre nom de La Piscine), de mettre en valeur et d’étudier son fonds. Il n’y a donc pas de prêts extérieurs, et un seul tableau, l’énigmatique Serpent (ill. 1) sur lequel un passionnant essai du catalogue ne réussit pas à lever complètement le mystère. Deux femmes nues, une troisième drapée dans un tissu noir et portant un chapeau melon, deux magnifiques chevaux blancs cabrés, une architecture de la Renaissance sur la terrasse de laquelle une petite figure de femme chasseresse vise à la carabine le curieux groupe, un serpent à peine visible au premier plan… Cette juxtaposition de motifs qui semblent ne rien avoir à faire les uns avec les autres n’est pas sans points communs avec le surréalisme - notamment Chirico - qui lui est contemporain. Le style en revanche, ce mélange d’ingrisme (le catalogue montre bien combien cette référence est partagée par tous les courants artistiques de l’époque), de néoclassicisme, de poussinisme et de maniérisme, est fort différent.

Le catalogue est excellent qui permet de mieux comprendre comment cette manière très reconnaissable est née probablement à Rome, de l’émulation entre les différents peintres que nous avons cités et…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.