Contenu abonnés

Rembrandt Rothschild : les explications embarrassées du Louvre

Rembrandt van Rijn (1606-1669)
Portrait de Marten Soolmans, 1634
Huile sur toile - 210 x 135 cm
Paris, collection Éric de Rothschild
Photo : WGA (domaine public)
Voir l´image dans sa page

Alors que l’affaire des Rembrandt Rothschild (voir l’article) commence à être relayée largement dans la presse, d’abord internationale avec notamment El Pais il y a quelques jours, et désormais en France avec un long article d’Olivier Le Naire dans L’Express paru aujourd’hui, le Louvre a envoyé à plusieurs journalistes un communiqué un peu plus long que le premier qu’il nous avait fourni.

On y apprend ainsi plusieurs choses intéressantes, mais on s’étonne aussi de certaines affirmations.
Le Louvre confirme ce que nous savions par ailleurs sans en avoir la preuve : « Le directeur du département des Peintures n’a pas souhaité signer le certificat autorisant les deux tableaux à sortir du territoire français car son rôle est d’alerter sur les œuvres d’intérêt patrimonial ». Son rôle est effectivement de signer - ou pas - les certificats, et s’il ne signe pas, en tant que directeur de grand département [1], l’objet doit passer devant la Commission consultative des trésors nationaux, ce qui n’a pas été le cas. Comme l’écrit Olivier Le Naire, on ne sait, ici, qui a signé ce certificat.

Tout de suite après, le communiqué explique : « Le président-directeur du Louvre est garant du budget du musée et délimite le cadre budgétaire dans lequel une acquisition peut se réaliser. Il est amené à faire des choix stratégiques. Dans ce cas précis, l’acquisition n’était pas envisageable, particulièrement à la même période que la Table de Teschen ». Cette phrase est particulièrement choquante. Car non seulement le président-directeur du Louvre n’a normalement - selon les textes - pas voix au chapitre dans le choix d’accorder ou non un certificat mais, surtout, dans ce domaine, les grands départements représentent tous les musées français. Le Louvre ne disposant, pas davantage que n’importe…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.