Contenu abonnés

Plusieurs bustes pour le Met

1. Camillo Pistrucci (1811-1854)
Mary Shelley, 1843
Marbre - 64,5 cm
New York, The Metropolitan Museum of Art
Photo : MMA (domaine public)
Voir l´image dans sa page

20/2/20 - Acquisition - New York, The Metropolitan Museum - Les portraits de Mary Shelley (1797-1851), pourtant l’une des femmes de lettres les plus célèbres de l’histoire britannique, se comptent sur les doigts d’une main. Peu de tableaux et encore moins de sculptures nous ont transmis les traits de l’auteur de Frankenstein : c’est donc une œuvre d’une grande rareté que vient d’acquérir le Metropolitan Museum of Art de New York, auprès du galeriste Carlo Milano. Réalisé à Rome par le sculpteur néoclassique Camillo Pistrucci, ce buste (ill. 1) est signé et daté de l’année 1843, où la présence de Mary Shelley est attestée dans la Ville éternelle.

Camillo Pistrucci est le fils de Benedetto Pistrucci, sculpteur et graveur italien établi au Royaume-Uni à partir de 1815 où il travailla surtout pour la Monnaie. Il envoya son fils étudier la sculpture à Rome auprès du grand Bertel Thorvaldsen et lui obtint une série de commandes de portraits de personnalités britanniques : c’est ainsi qu’il réalisa par exemple le buste en marbre du diplomate et amateur William Richard Hamilton (1777-1859), conservé au British Museum.


2. Richard Rothwell (1800-1868)
Mary Shelley, 1840
Huile sur toile - 73,7 x 61 cm
Londres, National Portrait Gallery
Photo : NPG
Voir l´image dans sa page
3. Camillo Pistrucci (1811-1854)
Mary Shelley, 1843
Marbre - 64,5 cm
New York, The Metropolitan Museum of Art
Photo : Sotheby’s
Voir l´image dans sa page

Ce portrait sculpté n’est pas sans évoquer celui (ill. 2) peint par Richard Rothwell au cours des années 1830, qui fut exposé en 1840 à la Royal Academy : on y retrouve les mêmes traits caractéristiques de Mary Shelley, parmi lesquels son grand front, son long nez et ses lèvres fines. Malgré la relative froideur néoclassique du…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.