Orsay préempte une boite à cigare de Ranson

Bénédicte Bonnet Saint-Georges

17/11/18 - Acquisition - Paris, Musée d’Orsay - Le Musée d’Orsay vient de préempter une boite à cigares conçue par Paul Ranson. Elle a été adjugée 25 000 euros dans la vente Christie’s qui s’est déroulée le 15 novembre à Paris (ill. 1 et 2). Elle permet de montrer la diversité de l’œuvre de l’artiste nabi connu, bien sûr, pour ses peintures, mais aussi pour ses tapisseries réalisées en collaboration avec sa femme, dont le musée conserve deux exemples.
— -

1. Paul-Élie Ranson (1861-1909)
Boîte à cigare, femme nue adossée à un arbre, 1899
Marqueterie par Alfonse Hérold
Bois marqueté - 31,3 x 16,6 x 31,3 x9,5 cm
Paris, Musée d’Orsay
Photo : Christie’s
Voir l´image dans sa page
2. Paul-Élie Ranson (1861-1909)
Boite à cigare (détail)
Paris, Musée d’Orsay
Photo : Christie’s
Voir l´image dans sa page

Ranson qui, en 1901, fit partie des membres fondateurs de la société des artistes décorateurs, conçut également quelques objets marquetés, notamment trois boites à cigares dont l’une est ornée sur son couvercle d’une femme portant un panier (ill. 3), et celle-ci qui arbore sur son couvercle une femme nue adossée contre un arbre, au bord d’un étang où nage un cygne. La marqueterie est due au talent de l’ébéniste Alfonse Hérold qui a travaillé à partir d’un dessin de Ranson conservé au Musée départemental Maurice Denis.
Cette boite figurait dans l’exposition que le musée avait consacrée à Ranson [1] en 2009, ainsi que dans une exposition à Valence en 2004 (voir l’article).


3. Paul-Élie Ranson (1861-1909)
Boîte à cigare, femme au panier, vers 1899
Marqueterie Alfonse Hérold -
16,5 x 31,3 x 9,3 cm
Collection particulière
Photo : auteur inconnu
Voir l´image dans sa page
4. Paul-Élie Ranson (1861-1909)
Femme étendue au bord de l’étang
Mine de plomb sur papier - 7,5 x 27 cm
Collection particulière
Photo : auteur inconnu
Voir l´image dans sa page

On peut rapprocher cette scène de plusieurs tableaux du maître représentant des nus au bord de l’eau, notamment les Trois baigneuses aux iris de 1896 (collection particulière) ou bien Nu se coiffant au bord de l’étang vers 1897 (collection particulière). Le thème rappelle aussi Léda et le cygne, traité en lithographie par Ranson. Enfin, un dessin sans sujet précis reprend les mêmes motifs, un nu allongé se contemplant dans une étendue d’eau où vogue un cygne (ill. 4).

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.