Contenu abonnés

Nantes achète un nouveau tableau d’Hippolyte Berteaux

1 1 commentaire
1. Hippolyte Berteaux (1843-1926)
Camarade dans l’atelier, étude, 1886
Huile sur toile avec rehauts d’or -
168,5 x 100 cm
Nantes, Musée des Beaux-Arts
Photo : Galerie Ary Jan
Voir l´image dans sa page

3/1/22 - Acquisition - Nantes, Musée des Beaux-Arts - Assez largement oublié aujourd’hui, Hippolyte Berteaux mena pourtant une carrière fructueuse qui le conduisit de Saint-Quentin - sa ville natale - à Istanbul, où il séjourna pendant quatre ans, travaillant comme peintre du sultan. Cet ancien élève d’Hippolyte Flandrin, Léon Cogniet et Paul Baudry s’installa à Nantes en 1875, y réalisant à la fois de nombreux portraits, des scènes de genre mais aussi des décors, pour le Théâtre Graslin ou l’Hôtel de Ville. L’artiste était déjà bien représenté dans les collections municipales, qui viennent de s’enrichir d’un très séduisant tableau exposé au Salon de 1886, acquis avec le soutien de la DRAC Pays de la Loire auprès de la galerie Ary Jan. Ce jeune homme en costume d’Incroyable était décrit dans le livret du salon comme le Portrait d’un camarade dans l’atelier, étude, même s’il n’a rien d’une étude, ce que soulignèrent largement les critiques de l’époque, tout en saluant sa qualité. Posant très certainement dans l’atelier de l’artiste, décoré de cuirs gaufrés subtilement rendus à l’aide de rehauts d’or, ce fumeur de pipe coiffé d’un bicorne est représenté en pied mais le léger cadrage en contre-plongée renforce son allure à la fois fière et décontractée. On ignore toujours qui posa pour Berteaux, sans doute un ami ou une connaissance de l’artiste ou, peut-être, une personnalité nantaise dont l’artiste était devenu l’un des portraitistes attitrés.


2. Hippolyte Berteaux (1843-1926)
Attentat à la vie de Hoche ; Rennes, 16 octobre 1796, 1885
Huile sur toile - 208 x 325 cm
Rennes, Musée des Beaux-Arts
Photo : Jean-Manuel Salingue
Voir l´image dans sa page

La tenue d’Incroyable que porte ce jeune homme est sans doute un costume de…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.