Contenu abonnés

Michaelina Wautier

1 1 commentaire

Anvers, Museum aan de Stroom (MAS), du 1er juin au 2 septembre 2018 (organisé par la Rubenshuis avec la collaboration du MAS).

À en juger par les regards interrogateurs de plusieurs historiens de l’art à qui nous parlions de l’exposition Michaelina Wautier qui vient de commencer à Anvers, il est clair que cette rétrospective sera pour beaucoup une véritable révélation. Car il est rare qu’un artiste aussi peu connu se révèle d’un tel niveau de qualité. Faire redécouvrir un grand artiste oublié n’est pas le seul mérite de cette exposition. Son catalogue apparaît comme un modèle du genre, riche de plusieurs essais et de notices complètes. Le seul bémol que nous pourrions apporter à notre enthousiasme tiendrait peut-être dans l’atmosphère trop sombre de l’exposition. Si les tableaux eux-mêmes sont bien éclairés, il faut un temps pour s’habituer à cette obscurité qui dessert les tableaux plus qu’elle ne les valorise.


1. Michaelina Wautier (1604-1689)
Saint Joseph
Huile sur toile - 76 x 66 cm
Vienne, Kunsthistorisches Museum
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page
2. Michaelina Wautier (1604-1689)
Portrait d’un commandant de l’armée espagnole, 1646
Huile sur toile - 63 x 56,5 cm
Bruxelles, Musées Royaux des Beaux-Arts
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

Michaelina donc. Une femme artiste mais qu’il serait bien réducteur de réduire à son prénom et à son sexe. Si les artiste femmes sont si rares jusqu’au XVIIIe siècle, c’est bien entendu qu’il était extrêmement difficile pour elles de se former ou d’exercer leur métier. Mais ce qui est important ici n’est pas finalement qu’il s’agisse d’une femme peintre, mais bien d’un artiste complet, qui se montre à l’aise dans tous les genres ou presque (elle ne semble pas avoir peint de paysages) et qui peut produire des chefs-d’œuvre.
Née à Mons, et active à Bruxelles, on ne peut la qualifier réellement de flamande même si son art montre qu’elle a regardé attentivement les plus grands artistes de cette école, notamment Van Dyck. Il existe comme elle de nombreux peintres originaires ou actifs dans les provinces…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.