Contenu abonnés

Japonismes Impressionnismes

Giverny, Musée des Impressionnismes, du 30 mars au 15 juillet 2018

1. Maurice Denis (1870-1943)
Régates à Perros-Guirec, 1892
Huile sur toile - 42,C x 33,5 cm
Quimper, Musée des Beaux-Arts de Quimper
Photo : MBA Quimper
Voir l´image dans sa page

Mêmes les Bretonnes sont japonaises. Du moins japonisantes. Leurs silhouettes ondulantes sous la pluie dans un tableau de Sérusier, ou bien fantomatiques, devant le clapotis décoratif des vagues, chez Maurice Denis (ill. 1), rappellent les estampes d’Utagawa Hiroshige. L’influence des « images du monde flottant » (ukioy-e) sur les peintres occidentaux de la fin du XIXe siècle est évoquée au musée de Giverny pour quelques semaines encore.

Sous l’ère Meiji (1868-1912), le Japon s’ouvrit à l’Occident, contraint par les Américains, il faut bien le dire. Et c’est tout un univers artistique qui se révéla à l’Europe. Le public parisien le découvrit dans les Expositions universelles de 1867 et de 1878, puis dans les galeries Georges Petit en 1883 et Durand-Ruel en 1893, enfin à l’École des Beaux-Arts en 1890. Siegfried Bing fut l’une des figures de proue de cet engouement nippon qui donna naissance au japonisme [1] ; non seulement il participa à l’organisation de plusieurs de ces événements, mais il créa la revue Le Japon artistique.

2. George Henrik Breitner r (1857-1923)
Jeune fille au kimono blanc, 1894
Huile sur toile - 59 x 57 cm
Amsterdam, Rijksmuseum
Photo : Rijksmuseum
Voir l´image dans sa page

Étonnamment, le titre et l’affiche reflètent assez mal l’exposition de Giverny. Le titre tout d’abord n’annonce que « les impressionnismes », terme qui, même au pluriel, intègre difficilement les Nabis alors que ceux-ci occupent une place importante dans les salles. Quant à l’affiche, elle est tirée d’un tableau un peu terne de Signac, Femme se coiffant, dans lequel la référence au Japon n’a rien d’évident : on remarque à peine les céramiques asiatiques sur la commode et les éventails sur le mur. La couverture du catalogue suggère un rapprochement de la toile de Signac…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.