Contenu abonnés

Les Puys d’Amiens : chefs-d’œuvre de la cathédrale Notre-Dame

3 3 commentaires

Amiens, Musée de Picardie, du 3 juillet au 10 octobre 2021

Rêver qu’elle soit pérennisée est sans doute le meilleur compliment que l’on puisse faire à une exposition temporaire : celle que le Musée de Picardie d’Amiens consacre aux Puys commandés pour la cathédrale Notre-Dame dure encore près d’un mois et nous ne pouvons qu’inciter nos lecteurs à s’y rendre toutes affaires cessantes. L’évènement cumule indiscutablement maintes vertus et l’institution ne pouvait vraiment choisir meilleur thème pour célébrer sa réouverture, prévue pour mars 2020 mais différée (voir l’article) : indissolublement liés à l’histoire sociale et artistique de la ville, précieux rescapés d’une tradition pluriséculaire, les Puys d’Amiens sont les plus fameux ambassadeurs du Musée de Picardie qui leur sert d’écrin depuis le début du XXe siècle. Deux des plus emblématiques tableaux [1] de la série furent ainsi présentés récemment au Louvre lors de la très belle exposition François Ier et l’art des Pays-Bas, qui marquait aussi l’achèvement d’une passionnante campagne de restauration [2] de sept Puys [3] peints au XVIe siècle.


1. Vue des salles habituellement dédiées aux Puys d’Amiens au sein du Musée de Picardie
Photo : Alice Sidoli
Voir l´image dans sa page
2. Vue des salles habituellement dédiées aux Puys d’Amiens au sein du Musée de Picardie
Photo : Alice Sidoli
Voir l´image dans sa page

L’histoire matérielle des Puys d’Amiens et cette campagne de restauration [4] dont les interventions furent menées entre 2017 et 2019 bénéficient d’un essai dédié au sein du catalogue mais aussi de la salle du musée où les tableaux sont ordinairement accrochés : le temps de l’exposition, ce sont ainsi les problématiques de la restauration de ces œuvres qui remplacent les œuvres sur leurs cimaises (ill. 1 et 2). Trois des restaurateurs ayant travaillé sur ce chantier ont aussi cosigné cet article disponible en ligne, où l’on comprend bien comment les pertes de matière ont conduit à des choix originaux de réintégration illusionniste, à la manière de « grisailles », nom choisi pour désigner ces restitutions en camaïeu de terre permettant à la fois de rendre leur lisibilité aux Puys lacunaires tout en restant facilement détectables à l’œil. Le résultat, parfaitement assumé et explicité, est une vraie réussite, à l’instar de la présentation de l’exposition [5] au musée (ill. 3 et 4).


3. Vue de l’exposition Les Puys d’Amiens au Musée de Picardie
Photo : Alice Sidoli
Voir l´image dans sa page
4. Vue de l’exposition Les Puys d’Amiens au Musée de Picardie
Photo : Alice Sidoli
Voir l´image dans sa page

Les fameux Puys méritaient bien cela : produits d’une tradition septentrionale dont d’autres exemples venus d’Arras ou d’Abbeville sont présentés au début de l’exposition, ils constituent les plus brillants témoignages des créations artistiques de la confrérie du Puy Notre-Dame d’Amiens, active entre le milieu du Moyen Âge et la débâcle révolutionnaire mais dont le XVIe…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.