Le musée Rodin achète une sculpture de Pierre Bonnard

Pierre Bonnard (1867-1947)
Rodin, vers 1914
Inscriptions : « Rodin » et « P.B. »
Signé sur la tranche : « P Bonnard », Bronze numéroté 1/6 - 8 x 16 x 15,5 cm
Paris, Musée Rodin
Photo : Musée Rodin
Voir l´image dans sa page

19/10/19 - Acquisition - Paris, Musée Rodin - « Je me suis lancé dans la sculpture mais je ne sais pas encore si mon produit a le moindre intérêt. J’en suis encore à la période d’épatement. » écrivit Pierre Bonnard à Maurice Denis en 1901 ou 1902. Il arriva en effet que le peintre modèle quelques figures et reliefs.
Un portrait de Rodin en bronze est passé en vente le 31 mars 2019 à Enghien-les-Bains et a été acheté par le Musée Rodin de Paris. L’identité du sujet n’a rien d’évident, mais son nom est inscrit dans la partie inférieure.

On sait peu de choses sur l’œuvre sculpté de Bonnard. Anne Pingeot l’a étudié dans le catalogue raisonné de l’artiste [1]. Il modela des marionnettes « dans une sorte de mastic » pour Ubu Roi, lorsque la pièce d’Alfed Jarry fut représentée en 1898 au Théâtre des Pantins. Puis Ambroise Vollard lui demanda de réaliser des sculptures ; il encouragea d’ailleurs d’autres peintres dans ce domaine tels que Renoir, dont le buste de Madame Renoir est conservé à Orsay. Le marchand en effet cherchait à provoquer l’inventivité des artistes en leur demandant d’essayer des techniques qui n’étaient pas les leurs, sculpture ou gravure.
L’une des réalisations les plus importantes de Bonnard est sans doute le surtout de table en bronze qu’il exposa à la galerie Vollard en 1906, qui se compose d’enfants et d’un faune.

On ne connaît pas le contexte de création du portrait de Rodin que l’on peut associer à plusieurs événements : en 1910, Bonnard acheta un dessin à Rodin et échangea quelques lettres avec lui. Il possédait en outre une photographie du sculpteur modelant le buste de Falguière, dont il aurait pu s’inspirer. En 1914 enfin, Félix Fénéon lui demanda de dessiner le portrait de Rodin, ce qu’il ne fit pas, mais peut-être choisit-il de le réaliser en relief. Rien n’est certain. D’autant que ce visage peut aussi être rapproché d’un haut relief, Suzanne et les vieillards, dont il semble tiré.

Malheureusement, la succession de Bonnard donna lieu à un long procès, au cours duquel beaucoup de modèles de l’artiste furent volés et leur édition en bronze réalisée clandestinement à titre posthume. Anne Pingeot signale les quelques rares sculptures éditées qui peuvent être attestées du vivant de l’artiste, grâce à des photos prises dans son atelier, notamment le surtout. On ne connait pas en revanche la date de fonte du portrait de Rodin.
Quoi qu’il en soit, il rejoint dans les collections de nombreuses effigies du maître réalisées par Eugène Carrière, Camille Claudel, Jacques Emile Blanche et beaucoup d’autres.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.