Le musée de Stockholm acquiert un tableau d’Hubert Robert

22/11/18 - Acquisitions - Stockholm, Nationalmuseum - Hubert Robert aimait peindre les ruines, il aimait aussi concevoir des jardins. C’est ce que rappelle la récente acquisition du Nationalmuseum de Stockholm, un petit tableau montrant des embarcations près d’une grotte, adjugé 72 500 € lors d’une vente de Muizon-Rieunier le 27 juin 2018 à Drouot.


Hubert Robert (1733 - 1808)
Embarcations près d’une grotte, jardin de Méréville, vers 1786-1788
Huile sur toile - 29 x 38 cm
Stockholm, Nationalmuseum
Photo : Stockholm, Nationalmuseum
Voir l´image dans sa page

Il représente le domaine de Méréville, dans l’Essonne. Le marquis de Laborde, riche financier, acheta le château en 1784 et fit remplacer les jardins à la française par un parc à l’anglaise. Il s’adressa d’abord à l’architecte François-Joseph Bélanger qui avait conçu Bagatelle pour le comte d’Artois ; après une série de désaccords, il se tourna en 1786 vers Hubert Robert, dessinateur des jardins du roi. Celui-ci poursuivit le projet de Bélanger, et le parc de Méréville fut l’un des plus célèbres, dans lequel se dressait le temple de la Piété filiale en l’honneur de la fille du marquis, inspiré du temple de la Vesta à Tivoli, ainsi qu’une colonne rostrale en mémoire de ses deux fils, Édouard et Ange morts en 1786 au cours de l’expédition de La Pérouse. Hubert Robert aménagea aussi des grottes comme il l’avait fait à Versailles, au bord d’étendues d’eau. Car la rivière de la Juine, fut détournée pour créer des îles et des lacs.

Plusieurs tableaux du maître illustrent les différents recoins de ce jardin, l’un d’eux est conservé à Sceaux, le musée de Stockholm en possède deux autres qui dévoilent d’autres points de vue.
Le Château de La Roche Guyon, dont les jardins furent également confiés aux soins d’Hubert Robert a consacré en 2017 une exposition [1] à cet aspect moins connu de son art.

Cette acquisition témoigne une nouvelle fois de la vitalité du Nationalmuseum qui a rouvert ses portes il y a un peu plus d’un mois, un chantier extrêmement réussi dont nous parlerons longuement dans un article à paraître demain 23 novembre.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.