Contenu abonnés

Le Musée Condé préempte un buste de Louis XV

1. Manufacture de porcelaine de Chantilly
Buste du roi Louis XV d’après Jean-Baptiste II Lemoyne (1704-1778), 1745
Pâte tendre à émail stannifère - 34,5 cm
Chantilly, Musée Condé
Photo : Audap & Associés
Voir l´image dans sa page

12/5/22 - Acquisition - Chantilly, Musée Condé - L’air altier, Louis XV regarde fièrement au loin, vêtu d’une cuirasse mais enveloppé dans un drapé évoquant le ciseau de Bernini ou le pinceau de Rigaud. On devine, sur l’épaule droite du roi, le cordon bleu de l’ordre du Saint-Esprit tandis que le socle composé d’une gaine à godrons s’orne d’un cartouche rocaille reposant sur un lion couché. Inédit, ce splendide buste en porcelaine tendre de Chantilly méritait assurément de rejoindre les collections du Musée Condé, qui n’a pas manqué de faire valoir son droit de préemption sur cette pièce tout juste adjugée 49 000 € marteau [1] chez Audap & Associés à l’hôtel Drouot mardi dernier. Attendue, voire espérée, cette acquisition vient enrichir les collections cantiliennes d’un second chef-d’œuvre en pâte tendre, quelques mois après le personnage asiatique acheté auprès d’une galerie parisienne (voir l’article).

Immédiatement reconnaissable, l’effigie royale fut abondamment diffusée durant le long règne du monarque, dont Jean-Baptiste II Lemoyne fut le sculpteur attitré, réalisant aussi bien des bustes que des statues équestres même si les monuments élevés à Bordeaux et à Rennes n’ont pas survécu à la Révolution. Dezallier d’Argenville écrivit même que l’artiste réalisait deux ou trois bustes du roi par an, un chiffre largement exagéré mais qui souligne l’importance de Lemoyne comme portraitiste royal. Il n’est cependant pas aisé de déterminer quel buste a servi de modèle pour cette version en porcelaine de Chantilly, d’autant qu’on retrouve de nombreux exemplaires comparable en faïence de Pont-aux-Choux ou de Lunéville, comme l’expliquait fort bien la récente exposition La sculpture en son château, variations sur un art…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.