Contenu abonnés

Le Musée Carnavalet achète un tableau de Jean-Paul Laurens

2 2 commentaires

1. Jean-Paul Laurens (1838-1921)
Autoportrait de l’artiste peignant le plafond du Théâtre de l’Odéon, vers 1887-1888
Huile sur toile - 65 x 54,8 cm
Paris, Musée Carnavalet
Photo : Millon
Voir l´image dans sa page

20/12/20 - Acquisition - Paris, Musée Carnavalet - On aurait tout aussi bien pu imaginer ce tableau de Jean-Paul Laurens sur les cimaises du Petit Palais mais l’Autoportrait de l’artiste peignant le plafond du Théâtre de l’Odéon (ill. 1) trouvera il faut l’espérer une place de choix dans les salles du Musée Carnavalet, qui a acquis cette toile pour 14 950 € (frais inclus) jeudi 10 décembre chez Millon à Paris. Outre ses qualités intrinsèques - on apprécie particulièrement l’audace de la composition, où l’artiste semble véritablement immergé dans son œuvre - cette toile constitue un témoignage particulièrement précieux de l’un des plus importants décors parisiens de la fin du XIXe siècle, le plafond de la coupole du Théâtre de l’Odéon, seul grand projet décoratif confié à l’artiste au cours des années 1880. C’est le ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts qui passa commande à l’artiste en avril 1887 : Laurens présenta une esquisse en février 1888 et commença le travail sur la toile définitive, qui fut achevé dès le mois de juillet 1888. Cette toile fut ensuite marouflée sur des panneaux concaves qui furent placés dans la coupole du théâtre.

Jean-Paul Laurens avait opté pour la solution du velum peint en trompe-l’œil (ill. 2) et accueillant les héros du théâtre antique rassemblés dans une accumulation fougueuse et colorée, seulement tempérée par une série de figures sculpturales : les effigies de Corneille, Racine, Molière, Beaumarchais, Musset et Hugo. L’artiste avait profité de l’entière liberté qu’on lui avait laissée et peint en moins d’un an une composition dynamique, tout à fait adaptée à la lumière électrique qui avait été installée en 1888 dans la salle du Théâtre de l’Odéon, même si le sujet divisa la…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.