Contenu abonnés

Le martyre des apôtres de Louviers

Didier Rykner 1 1 commentaire

Parfois, les bras nous en tombent. C’est le cas lorsque les personnes en charge de la protection et de la restauration du patrimoine deviennent les premiers responsables de sa dégradation par simple négligence ou incompétence. Et bien entendu, il n’y a jamais aucune sanction de prise : l’impunité totale couvre l’action des responsables.


1. Église Notre-Dame de Louviers
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page
2. France, XVIe siècle
Saint Christophe
Fresque
État 6 avril 2014
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

L’affaire se déroule à Louviers, dont nous parlions déjà dans un précédent article. L’église de cette ville (ill. 1), qui a miraculeusement survécu aux bombardements de la Seconde guerre mondiale, est dans un état très préoccupant. Une grande fresque du XVIe siècle notamment, représentant Saint Christophe, est devenue presque illisible et pourrait bien disparaître (ill. 2). On est là simplement dans le quotidien des églises de France, où le patrimoine se dégrade dans la plus grande indifférence.


3. Nef de l’église de Louviers
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page
4. France, XVIe siècle
Saint Jacques le Mineur
Pierre polychrome
Louviers, église Notre-Dame
État 6 avril 2014
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

Malgré tout, une campagne de restauration a concerné le bas-côté gauche et la nef qui avait des problèmes de structure ; le chantier a duré dix ans (!) : ils ont commencé en 2003 par le bas-côté, puis se sont interrompus pour reprendre sur la nef en 2011 (ill. 3). L’église a été rouverte pour Noël 2012. Nous ne commenterons pas les travaux, confiés à la maîtrise d’œuvre de Bruno Decaris (encore lui) si ce n’est pour nous interroger sur la couleur jaune choisie (les ACMH, décidément, aiment bien le jaune) dont on aimerait connaître l’origine [1]. Les travaux sont donc terminés depuis environ 15 mois mais rien n’est prévu pour la suite, pourtant urgente. Nous n’avons pas pu joindre la…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.