Le Louvre et la ministre pour un marché de Noël « festif et populaire » aux Tuileries

Didier Rykner 1 1 commentaire
Marcel Campion
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

Les articles du Parisien sont souvent très intéressants, mais celui que ce journal vient de publier à propos de Marcel Campion l’est particulièrement. Mis en cause pour ses déclarations homophobes, celui-ci annonce « cesse[r] [ses] activités personnelles en arrêtant toute exploitation personnelle foraine et aussi […] démissionner de [ses] activités au sein de l’association du Monde festif, organisatrice de l’événement La magie de Noël aux Tuileries pour les fêtes de fin d’année… »

On pourrait donc se réjouir et espérer que cette manifestation, que devait accueillir le Louvre dans les jardins des Tuileries et qui n’a rien à faire dans un tel site classé monument historique, n’aura finalement pas lieu. On se tromperait lourdement, bien entendu.

C’est d’abord la ministre de la Culture Françoise Nyssen, pour qui la protection monument historique est une notion tout aussi floue que le périmètre de ses missions, qui ose déclarer souhaiter que « les représentants du Monde festif [prennent] contact avec le musée du Louvre pour envisager la suite de ce projet, et proposer aux visiteurs un événement festif et populaire dans le Jardin des Tuileries cet hiver ». On croit rêver en voyant un ministre de la Culture inciter le Louvre à organiser un événement « festif et populaire » aussi frelaté dans un des lieux les plus protégés (théoriquement) de la capitale.

Et le Louvre, qui ne veut surtout pas perdre l’argent que Marcel Campion lui a promis, s’est évidemment empressé de répondre que : « Conformément aux propos de Madame Françoise Nyssen, ministre de la Culture [il attendait] que le Monde festif prenne l’attache du musée pour étudier la tenue du marché de Noël dans le Jardin des Tuileries »

Mais le Monde festif et le marché de Noël n’ont-il finalement aucun autre rapport avec Marcel Campion ? Celui-ci, dans une interview à Valeurs Actuelles le 24 septembre, déclarait n’être qu’un « simple membre » de l’association qu’il ne préside plus depuis deux ans. On apprend aujourd’hui qu’il va démissionner de son poste de « secrétaire », l’association nous ayant d’ailleurs confirmé avoir reçu sa lettre de démission. Alors ? Simple membre ? Secrétaire ? Rappelons que lorsque le Louvre a confirmé que le marché de Noël s’installait aux Tuileries, c’est Marcel Campion qui était annoncé partout comme le grand bénéficiaire de cette affaire, et que l’établissement public avait « justifié sa décision en expliquant que Marcel Campion était un "client ancien et régulier" [1]. » !

Or il semble bien que la plus grande partie, sinon tous les chalets du marché de Noël gérés par le Monde festif appartiennent à Marcel Campion [2] et que celui-ci en exploite directement un certain nombre via ses nombreuses sociétés ; on constate donc qu’il va être assez difficile pour celui-ci de se retirer en à peine deux mois de toutes ses activités en lien avec cet événement, pour autant qu’il ait vraiment l’intention de le faire. Quoi qu’on en dise, en louant les Tuileries au Monde festif pour le marché de Noël, ce sera bien avec Marcel Campion que le Louvre fera affaire. Mais la déclaration fracassante de celui qui dit maintenant vouloir se consacrer uniquement à la politique pour les municipales à Paris (!) permet au ministère et au Louvre - qui assure « place[r] le respect de la dignité humaine au cœur de ses valeurs et condamne[r] tout propos ou acte raciste, sexiste et homophobe » - de se refaire une virginité à bon compte. Entendre ce musée affirmer qu’il « entend poursuivre [aux Tuileries] le développement d’activités populaires et festives » n’est finalement qu’un scandale de plus dans le scandale.

Didier Rykner

Notes

[2Nous n’avons pas eu confirmation de cette information malgré notre mail adressé à l’association et à Marcel Campion.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.