Contenu abonnés

Le domaine de Chantilly après l’Aga Khan : interview de Christophe Tardieu

Christophe Tardieu
Photo : CNC
Voir l´image dans sa page

Depuis 2005, une fondation créée par l’Aga Khan a pris en charge l’exploitation du château de Chantilly et du petit parc, le reste du domaine demeurant à la charge de l’Institut. Mais cette aide inespérée, qui a permis de restaurer une grande partie du monument historique, et qui devait durer vingt ans, va s’arrêter prématurément à la fin de 2019. Christophe Tardieu a été nommé par Xavier Darcos pour réfléchir à la suite, et mettre en place la structure qui permettra de poursuivre le travail énorme réalisé depuis 2005. Nous avons eu, il y a de nombreuses années, des désaccords avec Christophe Tardieu, lorsqu’il était administrateur général à Versailles, mais nous avons découvert depuis quelqu’un qui aime vraiment le patrimoine, ce qui est l’essentiel. Nous l’avons interrogé sur le futur de Chantilly.

Pourquoi l’Aga Khan a-t-il décidé de se retirer plus tôt que 2025 ?

C’est d’abord un immense sentiment de gratitude et de reconnaissance que Chantilly doit éprouver pour l’Aga Khan, compte tenu de son investissement financier ainsi qu’en temps et en énergie. En 2005, Pierre Messmer, à l’époque chancelier de l’Institut, avait eu des discussions avec l’Aga Khan qui souhaitait s’investir dans l’avenir de Chantilly. L’idée avait été de créer une fondation reconnue d’utilité publique, présidée par le Prince. Cette fondation aurait dû avoir une durée de 10 ans, mais l’Aga Khan a consenti, sous l’amicale pression de Pierre Messmer, de lui donner une durée de 20 ans. Au total, il a investi pas loin de 70 millions d’€ depuis 2005, ce qui est une somme gigantesque qui mérite une fois de plus la reconnaissance de tous.

Au début de l’année 2019, l’Aga Khan a informé Xavier Darcos, aujourd’hui chancelier de l’Institut, qu’il souhaitait arrêter cette fondation en 2020 . Il nous faut donc désormais penser à la suite.

Mais le domaine de Chantilly rapporte aussi de l’argent, n’est-ce pas suffisant pour son entretien ?

Un peu moins de 8000 hectares ont été légués par le duc d’Aumale, et il y a plusieurs centaines de baux signés sur l’ensemble du Domaine. , Cela représente entre 3,5 M€ et 4 M€ sans compter les charges d’entretien de ce domaine ! C’est insuffisant car le Château a besoin de beaucoup plus.

Quelle est votre mission à Chantilly ?

Je suis délégué du chancelier de l’Institut en charge de la préfiguration de la future fondation qui regroupera celle dite de l’Aga Khan qui gérait le château et les écuries et celle qui gère les 7500 hectares du Domaine. J’ai aussi été nommé vice-président de la Fondation de l’Aga Khan avec pour mandat de mettre fin àcette structure pour le 1er juillet 2020. Nous allons revenir à la situation ante 2005, c’est-à-dire une fondation unique, abritée à l’Institut, ayant à sa tête un administrateur général, fonction que j’assumerai à partir du 1er juillet 2020.

C’est une nouvelle fonction ?

Le rôle d’administrateur existait avant 2005, c’est donc un…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.