Contenu abonnés

Le dessin à Bologne

Paris, École nationale supérieure des Beaux-Arts, Cabinet Jean Bonna, du 24 janvier au 10 avril 2020 (fermée mi-mars)

Pour soutenir nos combats patrimoniaux

1. Giovanni Francesco Barbieri dit Guercino (1591-1666)
Étude de femme en buste, couronnée
Plume et encre brune - 22,7 x 17,3 cm
Paris, École nationale supérieure des Beaux-Arts
Photo : ENSBA
Voir l´image dans sa page

Malheur aux retardataires ! Il fallait se rendre dès son inauguration à l’exposition Le dessin à Bologne, ouverte pendant plus d’un mois et demi mais brutalement fermée en raison de la crise sanitaire : alors que beaucoup espéraient une seconde chance avec le déconfinement, celle-ci a hélas été impitoyablement démontée à la fin du mois de mai, les feuilles des Carrache, de Guercino (ill. 1) ou du Dominiquin regagnant l’obscurité des réserves. Cette décision douloureuse peut cependant se comprendre : lieu d’enseignement, l’École nationale supérieure des Beaux-Arts se souciait naturellement davantage de l’organisation des examens de ses étudiants que des amateurs de dessin ancien en mal de jolies feuilles à admirer. Fort heureusement, il reste son excellent catalogue où les vingt-neuf notices détaillées sont précédées d’essais signés Carell van Tuyll van Serooskerken et Gabriel Batalla-Lagleyre. C’est donc à partir de ce catalogue que nous rédigeons cet article, même s’il nous a été possible de visiter l’exposition in extremis grâce à la compréhension des équipes du Cabinet des Dessins [1] : redécouvertes et réattributions y sont légion, sans parler des nouvelles acquisitions [2] qui furent aussi à l’origine de ce très bel accrochage qui vient à point nommé puisque les dessins bolonais de l’École des Beaux-Arts n’avaient pas été exposés depuis 1937 !


2. Orazio Samacchini (1520-1595)
Vierge à l’Enfant entourée de saint Jérôme et sainte Marie-Madeleine
Plume, encre brune, lavis brun et rehauts de blanc - 33,5 x 26 cm
Paris, École nationale supérieure des Beaux-Arts
Photo : ENSBA
Voir l´image dans sa page
3. Bartolomeo Passerotti (1529-1592)
Dieu le Père, le bras gauche soutenu par un ange : étude pour un plafond
Plume, encre brune et lavis brun,
sanguine - 28,6 x 27,4 cm
Paris, École nationale supérieure des Beaux-Arts
Photo : ENSBA
Voir l´image dans sa page

Dans sa préface, Emmanuelle Brugerolles - qui veille sur ces richissimes collections depuis plusieurs décennies - souligne l’importance et la variété du foyer bolonais, le rôle des amateurs et des donateurs ainsi que la réévaluation relativement récente [3] du Cinquecento bolonais, qui permit de mieux comprendre des personnalités artistiques parfois un peu oubliées, comme Orazio Sammacchini (ill. 2) ou Bartolomeo Passerotti (ill. 3). La grande feuille de Sammacchini donnée à la fin du XIXe siècle dut attendre les années 1950 pour retrouver son auteur, qui réalisa nombre de scènes religieuses comparables aux environs de 1570. Le dessin était autrefois attribué à Pellegrino Tibaldi, à l’instar de l’admirable figure vue da sotto in su qui ne fut rendue que très récemment à…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.