Le Christ devant les instruments de la Passion des Le Nain n’a pas été préempté

Les Frères Le Nain
Jésus enfant agenouillé devant
les instruments de la Passion

Huile sur toile - 72 x 59
Classé trésor national
France, vente Rouillac 10 juin 2018
Photo : Cabinet Turquin
Voir l´image dans sa page

10/6/18 - Marché de l’art - Trésor national - Après une vente interminable, le tableau des Le Nain récemment redécouvert (voir la brève du 23/3/18) et classé trésor national (voir la brève du 16/4/18) a été adjugé aujourd’hui 2,9 millions d’euros au marteau, sans être préempté par un musée français. Les Rouillac ont souligné abondamment avant la vente que les acheteurs étrangers ont renoncé à cet achat faute d’être certains de pouvoir l’exporter. Mais rien n’obligeait les vendeurs et les commissaires-priseurs à vendre ce tableau aux enchères alors qu’il ne peut sortir de France avant trente mois. Rien dans la loi ne s’opposait donc à ce que le ministère de la Culture préempte ce tableau.

Pourquoi ne l’a-t-il pas fait ? On peut imaginer plusieurs hypothèses. La première - qui serait inattendue et excellente - serait celle d’un achat par un mécène qui le donnerait immédiatement à un musée français et bénéficierait ainsi de la déduction fiscale de 90% sur les trésors nationaux sans passer par la préemption dont certains auraient pu dire qu’elle avait été faussée par l’interdiction de sortie.
Une autre hypothèse serait que les musées étaient prêts à préempter mais à un prix inférieur à l’adjudication. Si celle-ci a été soutenue, elle n’est cependant pas excessive et il serait incroyable d’avoir laissé partir le tableau à ce prix.
La troisième serait que le ministère de la Culture n’a pas été capable de mobiliser les fonds nécessaires et compte désormais profiter du délai avant exportation pour les réunir. Là encore, c’est peu crédible et risque d’aboutir à le payer plus cher que le prix aux enchères.

Enfin, la dernière serait l’absence de toute décision au niveau du ministère de la Culture qui se trouve actuellement comme un bateau sans capitaine. Le directeur général des Patrimoines est déjà sur le départ depuis plusieurs mois sans que le ministère ait encore pu nommer son successeur et il n’y a plus de directeur du Service des Musées de France. Quant au Louvre, sa politique d’acquisition est tellement erratique qu’on ne sait que penser.

Attendons donc d’en savoir plus, et espérons que notre première idée est la bonne. Sinon ce ne sera qu’un fiasco de plus concernant les trésors nationaux. On y est, hélas, habitué.

Publicité Christie's brèves juin 2018

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.