Contenu abonnés

La XXIVe Biennale des Antiquaires

1. Manufacture royale de Beauvais,
début du XVIIIe siècle
L’Embarquement du Prince
Laine et soie - 369 x 269 cm
Paris, Galerie Chevallier
Photo : Galerie Chevallier
Voir l´image dans sa page

13/9/08– Marché de l’Art – Paris – La Biennale des Antiquaires est traditionnellement dominée par les Arts Décoratifs. On notera dès l’entrée le stand de la galerie Vallois, spécialisée dans le mobilier des Années 30, où celui-ci est présenté dans un décor dépouillé qui le met remarquablement en valeur, ainsi que la Galerie Chevallier qui ne peut exposer, en raison de leur taille, que peu de tapisseries, toujours d’une qualité absolument remarquable. On reproduira ici (ill. 1) une pièce de la tenture de l’Histoire de l’Empereur de Chine réalisée à Beauvais à la fin du XVIIIe siècle et dont les cartons sont dûs à Guy Vernansal, Jean-Baptiste Monnoyer et Jean-Baptiste Blin de Fontenay.

On trouvera moins de peintures anciennes que les années précédentes, de nombreux marchands, tant français qu’étrangers, ayant choisi de s’abstenir. Les œuvres françaises du XVIIe siècle sont ainsi particulièrement rares, si l’on excepte le stand de Jacques Leegenhoeck où l’on pourra voir deux toiles déjà présentées récemment mais de très belle qualité : un Jugement de Salomon par Laurent de la Hyre et un Charles Dauphin, peintre nancéien élève de Vouet, auparavant présenté galerie Didier Aaron (ill. 2). Un La Hyre de jeunesse (Sainte Marie-Madeleine) est également exposé Galerie Ratton-Ladrière.
Un des plus importants tableaux anciens est sans doute le Poussin de jeunesse, récemment montré à New York par Pierre Rosenberg dans son exposition Poussin and Nature du Metropolitan Museum (voir article). Il est proposé par la galerie Adam Williams Fine Art Ltd.


2. Charles Dauphin (1615-1677)
Le Temps dévoilant la Vérité
Huile sur toile - 142 x 108 cm
Paris, Galerie Jacques Leegenhoek
Photo : Galerie Jacques Leegenhoek
Voir l´image dans sa page
3. Nicolas Poussin (1594-1665)
Paysage…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.