Contenu abonnés

La Tefaf est de retour

1. Nino Pisano (actif entre 1334 et 1368)
Saint Jean-Baptiste, vers 1360-65
Marbre - H. 75,5 cm
Stuart Lochhead Sculpture
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

Après une édition 2020 écourtée en raison de la pandémie, et celle de 2021 qui n’a eu lieu qu’en ligne, la Tefaf est de retour, plus tard que d’habitude, toujours pour les mêmes raisons, un peu écourtée et dans un format plus réduit car il était impossible à cette période de l’année d’obtenir toute la surface réservée à la foire habituellement. Pour être franc, il était à peu près impossible de s’apercevoir de cette taille plus petite, en tout cas pour l’art ancien et du XIXe siècle, celui qui nous concerne au premier chef. En réduisant un peu la dimension des allées notamment, le nombre de marchands, et d’objets exposés semblait équivalent aux éditions précédentes. Le nombre de chefs-d’œuvres aussi : il s’agit décidément d’un événement qu’il ne faut manquer à aucun prix. Et deux jours ne sont pas de trop pour en faire le tour complètement.
Notre sélection n’est donc, comme d’habitude, que fort partielle, et nous aurions pu facilement doubler ou tripler celle-ci. Parmi les œuvres que nous présentons ici, certaines ont été vendues ou étaient près de l’être dès le début de la foire. Nul doute que nous en retrouverons certaines, et d’autres encore dans de prochaines brèves consacrées aux acquisitions des musées. D’autant que les conservateurs, notamment américains, étaient nombreux à s’y presser.


2. Trois des huit bustes en terre cuite de Riccio
exposés sur le stand de Benjamin Steinitz à la Tefaf
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

On peut toujours admirer dans cette foire un grand nombre de sculptures italiennes de toutes les époques, et cette nouvelle édition ne faillit pas à la tradition.
Nous commencerons notre sélection avec une sculpture du XIVe siècle, présentée par le marchand anglais Stuart Lochhead : un Saint Jean-Baptiste de Nino Pisano (ill. 1), fils d’Andrea Pisano. Si celui-ci était déjà exposé lors de l’édition 2020, nous n’en avions alors pas parlé, et c’est ici l’occasion de reproduire ce très beau marbre (ill. 1).
De la Renaissance, Benjamin Steinitz présente un impressionnant ensemble de huit têtes en terre cuite de personnages fameux de la Rome antique, parmi lesquels on peut reconnaître notamment Antonin le Pieux et Néron. Ces bustes en haut relief dans des médaillons sont présentés comme ils doivent être vus, en hauteur, dans un stand remarquablement mis en scène (ill. 2) comme c’est l’habitude pour ce marchand parisien. Andrea Briosco, dit Riccio est un des plus importants sculpteurs de la première moitié du XVIe siècle, actif à Padoue, notamment connu pour ses œuvres en bronze.


3. Domenico Guidi (1612-1701)
Giacomo Franzone
Terre cuite - H. 82 cm
Altomani & Sons
Photo : Altomani & Sons
Voir l´image dans sa page
4. Ercole Ferrata (1610-1686)
Saint Charles Borromée

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.