Contenu abonnés

La ministre de la Culture s’oppose formellement au remplacement des vitraux de Viollet-le-Duc

2 2 commentaires
Alfred Gérente (1821-1868)
sous la direction d’Eugène-Emmanuel Viollet-le-Duc (1814-1869
Vitrail de la chapelle Saint-Éloi, 1865
(première chapelle du bas-côté droit)
Photo : Janericloebe (Domaine public)
Voir l´image dans sa page

24/11/20 - Patrimoine - Paris, cathédrale Notre-Dame - Nous avions publié un article intitulé : « Grande nouvelle : nous avons enfin un ministre de la Culture », car nous étions plutôt satisfait des débuts de Roselyne Bachelot. Depuis, nous avons regretté ses positions sur plusieurs dossiers, notamment celui des « restitutions » (notamment celle de la couronne de dais de Madagascar) ou de la chapelle de Lille (mais sur celui-ci, nous espérons encore).

Il est évident néanmoins que nous aurons des points de désaccord. Fort heureusement, elle vient de prouver une nouvelle fois aujourd’hui qu’elle peut s’exprimer clairement et dans le bon sens sur certains sujets très importants.
C’est ce qu’elle a fait, en effet, devant la commission culturelle de l’Assemblée Nationale cette fin d’après-midi [1], où elle s’est opposée sans ambiguïté aux projets du diocèse de remplacer les vitraux de Viollet-le-Duc par de nouvelles verrières contemporaines. Elle avait d’ailleurs, avant cette commission, donné sa position à Claire Bommelaer du Figaro (vous pouvez lire son article, qui vient de paraître). Remarquons que la question avait été posée par la présidente de la commission, Brigitte Kuster, qui avait fait une petite erreur en affirmant que l’intérieur de la cathédrale était « un domaine sur lequel le ministère n’a pas son mot à dire », ce qui est erroné.

Nous citons ici le verbatim de Roselyne Bachelot [2] : « Je suppose que vous voulez aborder la question des vitraux grisailles et de la polémique qui est née à ce propos.
Je veux rappeler peut-être des choses toutes simples : d’abord l’État est propriétaire de Notre-Dame de Paris. Non seulement il a son mot à dire sur tout ce qui constitue le bâti de Notre-Dame de Paris, mais…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.