La base de données de la statuaire publique enfin disponible sur internet

Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

10/11/18 - Site internet - Paris, Musée d’Orsay - A nos grands hommes, une base de données de la statuaire publique en France fut publiée en 2004 sur un double cédérom. Une technologie que les moins de vingt ans sont de moins en moins nombreux à connaître, et un support qui sera bientôt aussi obsolète que les cassettes VHS... Il était donc temps que ce remarquable travail soit enfin versé sur internet, comme nous l’appelions déjà de nos vœux en 2006 lorsque nous en avions parlé (voir cet article). C’est désormais chose faite, grâce au Musée d’Orsay qui fut à l’origine de ce travail, avec l’aide de nombreux partenaires, dont l’INHA, l’École du Louvre, l’Université Paris-Nanterre, sans oublier France Debuisson et sa collection de cartes postales.

La base est d’une ergonomie simple et permet de multiples critères de recherche. On peut ainsi, en partant de l’intégralité des notices de la base, restreindre peu à peu la recherche en filtrant par divers critères (personnage représenté, sculpteur, architecte, catégorie de monuments, matériaux, localisation actuelle, date, qui peut être la décennie ou même une année précise).
Il est également possible de procéder de manière plus fine, en partant du personnage représenté et en choisissant la période où il a vécu, mais aussi de chercher par localisation géographique (via la ville, ou une carte interactive de la France).


Exemple de fiche de la base : Monument à Saint Louis de James Pradier
Voir l´image dans sa page

Un moteur de recherche avancé permet enfin de mixer plusieurs critères (titre, personnage représenté, sculpteur, architecte, fondeur, type d’œuvre, matériau, date, localisation à l’origine et localisation actuelle).
Les monuments sont étudiés, chacun d’entre eux donnant lieu à une fiche rédigée comme un catalogue raisonné, donnant notamment l’historique, les inscriptions que portent le monument, une description, la bibliographie, les sources archivistiques... Il s’agit donc d’un outil remarquablement riche, à l’usage aussi bien des chercheurs que des simples amateurs qui pourront ainsi, où qu’ils se trouvent, trouver rapidement quelle est la sculpture qu’ils ont sous les yeux.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.