L’église d’Arc-sur-Tille définitivement sauvée

Didier Rykner
Charles-Félix Saint-Père (1804-1895)
Nef de l’église d’Arc-sur-Tille, 1826-1833
Photo : M. Voinchet
Voir l´image dans sa page

16/10/10 – Patrimoine – Arc-sur-Tille, église – Il y a, de temps en temps, de très bonnes nouvelles, même si par les temps qui courent celles-ci ne sont pas nombreuses.
Lundi dernier 6 décembre, le conseil municipal d’Arc-sur-Tille a voté à la quasi-unanimité l’annulation de la décision de détruire l’église du village prise par le précédent maire parce qu’une restauration coûterait trop chère.
La Tribune de l’Art avait dénoncé vigoureusement cet acte de vandalisme, programmé concernant un édifice par ailleurs très intéressant sur le plan de l’histoire de l’art (voir les articles), et nous avions donné un grand écho à la pétition lancée par l’association UEPA (Une Eglise pour Arc-sur-Tille).
La défaite de l’ancien maire laissait penser qu’une solution allait pouvoir être trouvée (voir brève du 20/3/08). C’est désormais certain. L’église sera restaurée progressivement, en fonction des fonds disponibles, et une première tranche de travaux est prévue pour 362 070 €. Il serait d’ailleurs normal que cet édifice non protégé soit, comme il le mérite, au moins inscrit [1].

Cette affaire démontre que le pire n’est jamais inéluctable et qu’il est toujours possible de sauver ces églises condamnées par des maires sans conscience patrimoniale. Cette affaire est exemplaire car les mêmes arguments sont repris partout où l’on veut détruire un édifice religieux, par exemple à Abbeville pour l’église Saint-Jacques (voir les articles). Les élus vandales prétendent que la restauration coûterait une somme extravagante et que la seule solution serait la démolition, alors que la simple sauvegarde du monument est toujours beaucoup moins coûteuse et que les autres travaux peuvent être menés sur plusieurs années. Puisse l’exemple d’Arc-sur-Tille être largement suivi.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.