L’amendement sur l’inclusion des œuvres d’art dans l’ISF heureusement repoussé

Didier Rykner

17/10/14 - Politique culturelle - Impôt sur la fortune - L’Assemblée nationale a finalement repoussé aujourd’hui l’amendement voté en commission des finances qui proposait d’assujettir les œuvres d’art à l’ISF. L’UMP a voté contre, mais également tous les socialistes ce qui prouve que, parfois, le bon sens arrive à triompher. Il est remarquable que tous ceux qui, à un moment ou à un autre, ont été favorables à cette idée finissent par y renoncer lorsqu’ils arrivent au gouvernement, ce qui doit être la preuve que les arguments des opposants – dont nous sommes – sont bons. Cela avait été le cas d’Aurélie Filippetti, c’est désormais aussi celui de Fleur Pellerin dont nous savions depuis plusieurs jours qu’elle y était fermement défavorable. Même Christian Eckert, aujourd’hui secrétaire d’État au budget, et qui menait le combat il y a deux ans, a admis que cette question avait été tranchée et qu’il y était donc défavorable au nom du gouvernement [1]. Quant à l’UDI, à l’origine de cette nouvelle bataille, elle s’est probablement définitivement déconsidérée auprès de tous les amateurs d’art.

Faut-il que cette question revienne sur le devant de l’actualité chaque année, au risque de fragiliser encore davantage le marché de l’art français, ou peut-on espérer enfin passer quelques années sans avoir à craindre sa résurgence ? Ce qui est certain, c’est que cette incertitude ne risque pas de faire revenir les nombreux collectionneurs déjà partis pour l’étranger…

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.