Il faut montrer les œuvres de Notre-Dame !

Didier Rykner 9 9 commentaires

Même si les informations ne filtrent qu’au compte-goutte, il semble bien qu’aucun tableau n’ait été détruit dans l’incendie de Notre-Dame-de-Paris, et que la plupart des sculptures elles-mêmes aient survécu. Avec la conservation des vitraux, il s’agit d’un miracle de plus pour une catastrophe qui aurait pu être encore bien plus dramatique.


Jean Jouvenet (1644-1717)
Le Magnificat, 1716
Huile sur toile - 431 x 441 cm
Paris, cathédrale Notre-Dame
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

On nous dit qu’à partir d’aujourd’hui les œuvres qui vont être extraites seront envoyées au Louvre en attendant de voir si elles nécessitent, ou non, une restauration. Il va falloir cependant se poser la question de ce qu’elles vont devenir pendant les années de restauration de la cathédrale, dont on espère certes qu’elle sera le plus rapide possible, mais dans les meilleures conditions qui soient, et pas comme le Président de la République semble vouloir l’organiser, dans la précipitation et les effets d’annonce, pour cacher le fait que l’État a failli. Il se passera probablement au moins une dizaine d’années avant qu’on puisse à nouveau les voir dans Notre-Dame.

Quand nous parlons de les voir dans la cathédrale, il s’agit un peu d’une figure de style. Car en réalité, beaucoup de tableaux, ou même de sculptures, étaient très difficilement visibles, dans l’obscurité de chapelles mal éclairées et souvent fermées. Nous renvoyons à notre base de données Stella, où beaucoup d’œuvres ont déjà été mises en ligne, et que nous compléterons dans les jours qui viennent avec la campagne photographique que nous avions effectuée avec difficulté il y a quelques mois. Notre-Dame est un véritable musée, bien au delà du trésor dont on nous parle presque exclusivement depuis mardi.

Voilà donc une occasion exceptionnelle, dès que leur état le permettra - et c’est le cas il faut l’espérer de beaucoup dès maintenant -, d’admirer ces œuvres dans les meilleures conditions possibles. Mais pour cela, il ne faut pas qu’elles rejoignent l’ombre de réserves où elles resteraient cachées pendant des années, voire des décennies (et pourquoi pas envoyées à Liévin puisque désormais les réserves du Louvre vont s’y trouver).
Il faut donc les montrer, dès que possible, et largement, dans un lieu à définir, et où les fidèles et les amateurs d’art pourraient venir admirer ces tableaux et ces sculptures qu’ils connaissent si mal. On imagine le succès que cela pourrait avoir et l’intérêt pour les touristes qui seront privés pendant tout ce temps de la visite de la cathédrale.

Il faut donc demander dès maintenant à l’État et au ministère de la Culture d’organiser ce musée éphémère de Notre-Dame en trouvant un lieu adéquat. Avec l’argent réuni, qui devrait largement dépasser le milliard, nul doute qu’il sera facile de financer cette grande exposition temporaire pendant le temps nécessaire pour la restauration.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.