Expositions, acquisitions et agrandissement : l’actualité de la Frick Collection

Didier Rykner

4/1/19 - Expositions, acquisitions, projet d’agrandissement - New York, The Frick Collection - La rétrospective Luigi Valadier à la Frick mérite tous les éloges, même si son imposant catalogue aurait, lui, mérité des notices pour chaque objet exposé. Il s’agit en réalité d’une monographie de l’artiste qui accompagne l’exposition, mais qui s’en dissocie réellement puisqu’on n’y trouve même pas de liste des œuvres exposées. S’il est difficile de parler négativement d’une telle somme, par ailleurs remarquablement éditée et riche de très nombreuses et excellentes illustrations, il est dommage de voir les musées américains suivre la tendance de certains de leurs homologues français, en ignorant complètement la spécificité d’un catalogue d’exposition.


1. Atelier de Luigi Valadier (1726-1785)
L’arc de Trajan à Ancone, vers 1778
(dessin préparatoire à une réduction en pierres dures
pour le surtout de table du Bailli de Breteuil, ill. 2)
Plume, encre et aquarelle - 43,7 x 28,3 cm
Rome, Museo Napoleonico
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

Valadier est un nom d’origine française. Le père de l’artiste, prénommé André plus tard italianisé en Andrea, vint à Rome vers 1720 s’installer comme orfèvre. Luigi naquit dans cette ville et y passa toute sa carrière. Il travailla pour les plus puissantes familles romaines ainsi que pour des clients étrangers. Malgré cette carrière brillante - il y eut jusqu’à une centaine de collaborateurs dans son atelier, il se suicida en se jetant dans le Tibre en 1785.


2. Luigi Valadier (1726-1785)
Surtout de table du Bailli de Breteuil, vers 1778
Madrid, Museo Arqueológico Nacional
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

L’exposition se répartit dans deux espaces : au rez-de-chaussée, dans la pièce ovale qui se trouve au milieu des deux grandes galeries de peinture, consacrée à l’interprétation de l’Antiquité par Valadier, et au sous-sol où les deux salles présentent pour l’une les œuvres religieuses, pour l’autre les œuvres profanes.
La première section montre à la fois des dessins (ill. 1) et des objets, parmi lesquels le plus extraordinaire est le surtout de table exécuté pour le Bailli de Breteuil (ill. 2), le plus complet des trois ensembles comparables par Valadier qui subsistent (les deux autres sont au Louvre et à l’Ermitage).


3. Luigi Valadier (1726-1785)
Les saints Louis, Castrense, Pierre, Paul, Benoît et Rosalie
Bronze doré et argent - H. de 107 à 122 cm
Monreale, Cathédrale Santa Maria la Nuova
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

Valadier se révèle un maître dans différents domaines : œuvres en argent, meubles en pierres dures, bronzes… On remarquera notamment, dans la salle consacrée aux objets religieux, le superbe ensemble de saints en bronze doré (ill. 3) de la cathédrale de Monreale près de Palerme. Bien que fortement inspiré de l’antiquité et souvent d’une inspiration très néoclassique, Valadier comme tant d’artistes ne peut être réduit à un style et se montre ici encore pleinement baroque, suiveur lointain mais inspiré du Bernin.


4. Luigi Valadier (1726-1785)
Vase, vers 1775-80
Marbre et argent doré - 22,3 x 14,8 x 9,8 cm
New York, The Frick Collection
Photo : The Frick Collection
Voir l´image dans sa page

En préparant cette exposition, la Frick a pu enrichir ses collections d’un important vase en marbre et bronze doré [1] (ill. 4). Le marbre, d’une variété rare appelée Rosso Appennino, a sans doute été sculpté sous la direction de Valadier par le sculpteur Francesco Antonio Franzoni (1734-1818).


5. Petrus Christus (vers 1410/1420-1472/1473)
La Vierge à l’enfant avec sainte Barbe et Jan Vos, vers 1450
Huile sur panneau - 19 x 14 cm
Berlin, Gemäldegalerie
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

Signalons aussi que le musée organise simultanément deux autres expositions. L’une est une exposition-dossier consacrée à la Chartreuse de Bruges, qui réunit notamment de manière exceptionnelle deux œuvres qui y étaient autrefois conservées. La Vierge à l’enfant avec sainte Barbe, sainte Elisabeth et Jan Vos de Jan van Eyck est aujourd’hui à la Frick, La Vierge à l’enfant avec sainte Barbe et Jan Vos (ill. 5) appartient aux musées de Berlin.


6. Faïences lyonnaises de la
collection Knafel
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page
7. Faïences rouennaises de la
collection Knafel
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

La troisième exposition, qui ne se terminera que le 22 septembre 2019, propose une sélection de la collection de faïences françaises de Sydney R. Knafel, qui constitue une promesse de dons à la Frick. Tous les foyers sont représentés, de la faïence lyonnaise de la seconde moitié du XVIe siècle proche des majoliques italiennes (ill. 6), jusqu’à la production du XVIIIe siècle à Moulins et Sinceny, en passant par Nevers, Rouen (ill. 7) et Moustiers…


8. Salon de musique de la Frick Collection
Photo : Frick Collection
Voir l´image dans sa page

Grâce à des achats et à des dons, la collection de la Frick s’étoffe donc, et cela faisait longtemps que le musée souhaitait construire une extension. En 2011 (voir la brève du 24/10/11), la colonnade qui longe la cour au nord avait été fermée, permettant ainsi d’agrandir les surfaces d’exposition (c’est là que sont présentées les faïences de la collection Knafel). En 2015, un grand projet de construction avait été abandonné, beaucoup protestant notamment parce qu’il aurait fait disparaître un jardin créé en 1977 par Russel Page.
Le nouveau projet a été accepté par la commission chargée de la préservation du patrimoine new yorkais (New York City Landmarks Preservation Commission), et est actuellement présenté dans une petite salle sous la forme d’une petite maquette et d’un diaporama. Une fois les travaux terminés (l’architecte est Annabelle Sellfrof), le public aura accès au premier étage qui communiquera avec l’agrandissement qui sera effectué à l’arrière du bâtiment. Les travaux, qui doivent commencer en 2020 pour durer deux ans, coûteront 160 millions de dollars.


9. Frick Collection vue de la 70ème rue
État actuel
Voir l´image dans sa page
10. Frick Collection vue de la 70ème rue
Après agrandissement
Voir l´image dans sa page

De fortes oppositions demeurent, néanmoins, dont on peut prendre connaissance sur le site « Stop Irresponsible Frick Development ». Des arguments qu’ils emploient, l’un nous paraît avoir quelque fondement : l’étage qui sera rehaussé abrite en effet aujourd’hui le Salon de Musique qui sert d’auditorium et de salle de musique de chambre (ill. 8), et qui disparaîtra à l’occasion des travaux, remplacé par un auditorium sous le jardin. En revanche, prétendre que le bâtiment d’origine serait écrasé par cette construction paraît très excessif, au moins au vu des visuels divulgués au public (ill. 9 à 12). La surélévation nous semble a priori plutôt discrète et construite de manière à se fondre dans l’environnement existant.


11. Frick Collection vue de la 5ème avenue
État actuel
Voir l´image dans sa page
12. Frick Collection vue de la 5ème avenue
État futur
Voir l´image dans sa page

13. François Gérard (1770-1837)
Camillo Borghese, vers 1810
Huile sur toile - 213 x 138,9 cm
New York, The Frick Collection
Photo : The Frick Collection
Voir l´image dans sa page

Signalons, pour conclure, que la Frick Collection avait acheté fin 2017 un important tableau de François Gérard représentant le prince Camillo Borghese, auprès de la galerie Robilant+Voena (ill. 13). Nous n’en avions pas parlé, mais il est possible que cette acquisition soit remise en cause. L’Italie conteste la sincérité de la demande du certificat d’exportation qu’avait présentée la galerie, et a décidé d’annuler l’autorisation qu’elle avait donnée. Comme l’avait révélé le Corriere della Sera le 10 juillet 2018, le certificat, demandé à la Soprintendenza de Bologne, aurait indiqué qu’il s’agissait d’un « portrait à l’huile sur toile, représentant un portrait d’homme ». Si son auteur, François Gérard, était bien identifié, le nom du modèle, Camillo Borghese, aurait donc été omis, peut-être pour en diminuer l’intérêt aux yeux de l’administration italienne... L’affaire est donc à suivre.


Alvar Gonzalez-Palacios, Luigi Valadier, Éditions D. Giles, 2018, 552 p., 99.95 $, ISBN : 9781911282129.


Informations pratiques : The Frick Collection, 1 East 70th Street
New York, NY 10021. Ouvert tous les jours sauf le lundi de 10 h à 18 h, le dimanche de 11 h à 17 h (nocturne le premier vendredi du mois jusqu’à 21 h). Tarif : 12 à 22 $ (gratuit le premier vendredi du mois). Tél : 00 1 212 288 0700.
L’exposition Valadier se termine le 20 janvier 2019, l’exposition sur la Chartreuse de Bruges se termine le 13 janvier 2019 et l’exposition des faïences fermera ses portes le 22 septembre 2019.
Site internet de la Frick Collection.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.