Contenu abonnés

Exposition des tableaux caravagesques de la collection Koelliker

1. Giuseppe Vermiglio (1587 - après 1635)
Saint Jean-l’Evangéliste
Huile sur toile - 55 x 45 cm
Collection Luigi Koelliker
Photo : Skira
Voir l´image dans sa page

31/12/06 - Exposition - Ariccia, Palazzo Chigi - Au cours de ces quinze dernières années l’homme d’affaire italien Luigi Koelliker a rassemblé plus de deux mille œuvres d’art baroque, profitant à la fois d’un dédain des grandes institutions pour cette période [1] et de prix qui, s’il paraissent élevés au profane, sont largement inférieurs à ceux de l’art moderne et contemporain (preuve que ceux qui prétextent qu’il n’y a plus assez de pièces disponibles sur le marché pour constituer une collection se trompent). Les peintures italiennes du XVIIe siècle forment le cœur de cet ensemble, avec une importante présence des caravagesques et des classiques bolonais (Luigi Koelliker a accumulé plusieurs dizaines de Guido Reni et Guerchin). Le XVIe (Titien, Lotto, Paris Bordone, Greco, Tintoret, Véronèse....) et le XVIIIe siècle sont aussi représentés, tout comme les sculptures et les objets d’art. Les artistes étrangers ayant travaillé dans la péninsule ou proches de l’art italien y sont nombreux. Plusieurs catalogues raisonnés consacrés à des parties cohérentes de cette collection sont récemment parus [2].

2. Biagio (?) Manzoni (actif vers 1630/1640)
Miracle de la monnaie du tribut
Huile sur toile- 155,5 x 109 cm
Collection Luigi Koelliker
Photo : Skira
Voir l´image dans sa page

La sélection choisie pour être montrée cet hiver à Ariccia, aux environ de Rome, est recentrée sur le caravagisme et, par extension, sur le naturalisme sombre, entre la fin du maniérisme et 1630, par des artistes actifs dans la capitale (mais pas exclusivement, bien des tableaux lombards exposés à Milan au printemps dernier auraient pu y figurer, et inversement). Il s’agit presque exclusivement de sujets religieux, de scènes de genre et de quelques portraits (pas de nature morte et, bien évidemment, pas non plus de…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.