Contenu abonnés

Eugène de Beauharnais, un prince européen

Rueil-Malmaison, Musée national des châteaux de Malmaison et de Bois-Préau, du 8 octobre 2022 au 9 janvier 2023

Depuis de trop longues années, la dénomination « Musée national des châteaux de Malmaison et de Bois-Préau » était purement administrative, seuls les promeneurs locaux se souvenant encore de la seconde bâtisse, trônant au milieu du vaste parc à l’anglaise qui fait office de jardin public pour la ville de Rueil-Malmaison. Au cours de l’automne, les volets longtemps clos de cet élégant édifice (ill. 1) se sont à nouveau ouvert, parachevant un projet longuement mûri que l’on pensait presque condamné à rester dans les cartons : le chantier était attendu depuis plus de vingt ans ! Bois-Préau avait fermé ses portes en 1997, suite à la découverte d’un locataire indésirable : la petite vrillette. Vétuste, l’endroit nécessitait une solide mise aux normes repoussée d’année en année faute de crédits suffisants. Il fut d’abord question de rénover tous les étages de Bois-Préau tout en consacrant le rez-de-chaussée aux expositions temporaires jusqu’ici disséminées dans les salles du château de Malmaison ou bien logées au chausse-pied dans son dernier étage.


1. Vue du château de Bois-Préau à l’automne 2022
Photo : Simon Lerat
Voir l´image dans sa page

Les collections liées à Sainte-Hélène, au Retour des Cendres et à la légende napoléonienne autrefois installées au château de Bois-Préau ont été redéployées au deuxième étage du château de Malmaison au cours de l’année 2017, dans un aménagement contraint mais efficace, qui permit tout d’abord de revoir ces œuvres, restées au musée lors du « partage » des collections nationales liées à l’Empereur au moment de la création du Musée Napoléon Ier du château de Fontainebleau. Nul ne regrettera la muséographie des salles de Bois-Préau, ouvertes en 1958 et retouchées en 1984, mais une bonne partie des collections restent tout de même conservées en réserves. Le nouveau projet inauguré cet automne a donc permis de transformer le rez-de-chaussée du château annexe en espaces d’expositions temporaires, qui pourront aussi accueillir évènements et privatisations (ill. 2). Mené sous la maîtrise d’ouvrage du ministère de la Culture à travers l’OPPIC [1], le chantier fut confié à l’agence de l’architecte Philippe Maffre, habituée à travailler dans les musées et les lieux patrimoniaux. Un comptoir d’accueil (ill. 3) fut ainsi aménagé dans l’ancien vestibule, qui sert aussi de vestiaire et de boutique tout en ouvrant vers l’exposition.


2. Vue d’une salle du rez-de-chaussée du château de Bois-Préau
Photo : Maffre Architectural Workshop
Voir l´image dans sa page
3. Vue du nouveau comptoir d’accueil du château de Bois-Préau
Photo : Maffre Architectural Workshop
Voir l´image dans sa page

Les élégants décors de style Louis XV ont ainsi été soigneusement restaurés [2], même s’ils furent aussitôt cachés par quelques cimaises mais le rez-de-chaussée, équipé de toilettes et d’une rampe d’accès PMR, se voit donc enfin mis aux normes. Une petite cuisine a également été aménagée,…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.